Un président d’honneur d’exception

Un président d’honneur d’exception

La vie de David Savard Rochefort va particulièrement bien présentement. En effet, son cheminement scolaire se déroule bien. Il est très apprécié dans le milieu de travail où il effectue un stage. Toute personne qui le rencontre remarque d’abord son sourire éclatant qui traduit son bonheur. Et il vient de se voir honoré : il a été choisi comme président d’honneur de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle dans Charlevoix. En effet, malgré sa déficience, il est une véritable source d’inspiration.
« Ça fait cinq ans que je suis en ici et j’aime ça », énonce David, à propos du Service de main-d’œuvre l’Appui. D’ailleurs, le jeune homme de 20 ans est très fier des allume-feu qu’il confectionne quelques jours par semaine. « Mon travail est de casser la cire. Je frappe dessus et la tasse. Ça prend des muscles ! » dit-il en montrant ses biceps pour rigoler.
Depuis son arrivée en 2013, David a beaucoup évolué. « Au début, j’étais gêné. Maintenant j’ai beaucoup d’amis », décrit-il. Il aime son travail et espère pouvoir le poursuivre après la fin de son cheminement scolaire prévu l’an prochain. Lorsqu’il graduera, il aura plus d’une corde à son arc. En plus de travailler la cire, celui-ci fait aussi de l’entretien ménager à l’École secondaire du Plateau. À vrai dire, il est très bien intégré à la communauté et il est la preuve vivante que les personnes vivant avec une déficience intellectuelles sont des atouts pour la société.
Ultimement, ses qualités ont fait de lui le candidat idéal pour occuper le poste de président d’honneur de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle dans Charlevoix. Lorsqu’on le questionne pour savoir quels sont ses sentiments à l’égard de cette nomination, aucun son ne sort de sa bouche. Néanmoins, un large sourire illumine son visage. Ce dernier traduit tout le bonheur que ressent le jeune homme valorisé à sa juste valeur pour ses accomplissements.
Nathalye Girard, du Service de main-d’œuvre l’appui, est très fière des accomplissements de son jeune protégé David. « C’est un cœur sur deux pattes. Il est très serviable et toujours prêt à aider les autres », déclare-t-elle. Elle le voit évoluer depuis 2013 et constate que ses habilités sociales se sont grandement développées. Il souligne que son estime de soi s’est aussi améliorer dans les dernières années. D’ailleurs, les activités de son organisme ont cela comme objectif. De plus, elle tente d’inculquer des bonnes habitudes de travail aux personnes qu’elle supervise. Plateau de travail déficient intellectuels ou physique ou aide sociale. « Les personnes qui vivent avec une déficience intellectuelle sont comme tout le monde. Ils ont leur place dans la société et y contribuent beaucoup », conclut-elle.