Parc de la Côte-de-Charlevoix : plus de détails ce soir pour la population

Par Victor Carré 11:13 AM - 10 juillet 2024
Temps de lecture :

Une rencontre d’information a lieu ce soir à Saint-Siméon pour avoir plus de détails quant au projet de Parc de la Côte-de-Charlevoix. Photo Archives

Après en avoir tellement entendu parler, ce soir, Québec lèvera le voile en partie sur le projet de Parc national de la Côte-de-Charlevoix aux citoyens de Saint-Siméon.

La rencontre, prévue au Centre communautaire Raymond-Marie-Tremblay, sera pilotée par deux chargés de projet de la Direction principale des parcs nationaux et par un de la Société des établissements plein air du Québec (SÉPAQ).

C’est dans un souci d’équité que cette séance d’information est organisée, selon le maire de Saint-Siméon, Sylvain Tremblay. « On en a déjà fait une avec les gens de Baie-des-Rochers dans les derniers mois. Je crois que c’est mieux que les citoyens soient au courant du processus et des délais qui seront à venir plutôt que de créer de la désinformation », explique-t-il.

Certains questionnements sont ressortis de la rencontre avec la population de Baie-des-Rochers, comme le fort achalandage dans le secteur qui sera occasionné par le parc. « Je comprends que ça peut amener une certaine inquiétude », avoue le maire. Il assure que les chargés de projet se penchent sur la question et évalue les possibilités pour diminuer les impacts.

Il rappelle que la rencontre de ce soir n’est pas une audience publique. « Elle viendra plus tard dans le processus », indique le maire.

Des retombées « majeures »

Avec la venue d’un tel parc dans le secteur, le maire de l’endroit estime que les retombées seront majeures tant pour sa municipalité que pour l’ensemble de la région. Selon de récentes dernières études d’opportunités à ce sujet, l’achalandage potentiel avoisinerait les 200 000 visiteurs par années. « Ce serait un “parc signature” qui aurait près de 30 % de tourisme international en raison de la proximité avec le 3ᵉ attrait en importances au Québec au niveau international, les croisières aux baleines à Baie-Sainte-Catherine et Tadoussac », mentionne-t-il.

Il croit également qu’il s’inscrit dans la planification stratégique de la municipalité et sa volonté de développer le tourisme durable sur son territoire. « Avec l’ajout de ce parc avec les deux déjà présents dans la région, le Parc marin Saguenay — Saint-Laurent, on pourrait devenir un des endroits en Amérique du Nord avec le plus d’aires protégées, à même titre que Yellowstone et les Rocheuses », avance M. Tremblay.

Partager cet article