Huttopia : la Ville demeure derrière le projet

Par Victor Carré 8:36 PM - 8 juillet 2024
Temps de lecture :

Photo courtoisie

La Ville de La Malbaie répond à la pétition lancée la semaine dernière contre l’implantation du projet de Huttopia sur son territoire. Elle clarifie par le fait même certaines informations véhiculées par cette dernière.

 « On ne peut pas faire signer des gens sur des faits qui ne sont pas tout à fait vrais », mentionne d’emblée le maire de La Malbaie, Michel Couturier.

Ce dernier croit sincèrement qu’Huttopia et la Ville possèdent les mêmes valeurs et que le projet sera fait dans le respect de la nature. Il estime qu’il aidera à mettre en valeur notre région, ses produits et ses attraits et qu’il participera à l’économie en créant de nombreux emplois.

Le maire évoque que la conception d’une étude de caractérisation écologique a été la première étape pour l’entreprise pour identifier la présence de milieux humides d’identifier et d’intégrer ceux-ci dans leur concept d’aménagement du site. « En vertu de la loi, ils auront l’obligation de les préserver », mentionne le maire.

Il rappelle également qu’Huttopia installera un réseau privé de gestion des eaux usées pour minimiser les impacts environnementaux, notamment sur la coupe d’arbres. Ces installations seront pareillement soumises à des règlementations strictes quant au respect des normes environnementales et doivent faire l’objet d’autorisations du ministère de l’Environnement avant que des permis de construction puissent être délivrés par la Ville.

Des tests ont eu cours l’automne dernier sur le territoire visé par Huttopia. Photo courtoisie

Pour cette transaction, tout comme celle survenue récemment pour la station de ski du Mont Grand-Fonds, Michel Couturier indique qu’un appel de projets n’était pas obligatoire. « Qu’on ait fait ça en catimini, ce n’est pas exact », mentionne-t-il.

Il ajoute que le développement près de la montagne et le potentiel trafic dans le secteur ne seront pas uniquement causés par le projet de Huttopia.

Le maire rappelle pour terminer qu’elle a toujours eu le souci est d’informer la population au moment opportun, notamment avec la tenue d’une présentation publique, comme celle qui a eu lieu le 27 mai dernier.

« Nous sommes conscients que les changements peuvent créer des incertitudes, c’est pourquoi un comité de discussion a été proposé pour permettre de suivre l’évolution de la situation », dit-il.

Une pétition a été lancée la semaine dernière par le Comité Citoyen de Protection du Grand-Fonds. Au moment d’écrire ses lignes, elle comptait près de 330 signatures.

Partager cet article