La prochaine course à la direction du Parti libéral pourrait être un vrai désastre

Par Laura Osman, La Presse Canadienne 8:05 AM - 30 juin 2024
Temps de lecture :

Justin Trudeau prononce son discours de victoire à la direction du Parti libéral fédéral à Ottawa, le dimanche 14 avril 2013. Les appels se sont intensifiés pour que Justin Trudeau démissionne de la tête du parti, qu’il a presque à lui seul sorti du gouffre après une défaite électorale décimante en 2011. LA PRESSE CANADIENNE/Sean Kilpatrick

Les appels se sont intensifiés pour que Justin Trudeau démissionne de la tête du parti, qu’il a presque à lui seul sorti du gouffre après une défaite électorale décimante en 2011.

M. Trudeau reste néanmoins ferme dans son intention de mener le parti aux prochaines élections.

Mais même si plusieurs anciens élus libéraux, fidèles du parti et stratèges déclarent qu’il est temps pour le premier ministre de se retirer de peur tirer le parti vers le bas avec ses résultats personnels dans les sondages, beaucoup admettent également qu’une course à la direction du Parti libéral serait une affaire risquée et compliquée.

Le parti n’a pas choisi de nouveau chef depuis 2013, lorsque les libéraux ont modifié les règles pour donner aux citoyens ordinaires une plus grande influence sur le choix de celui qui prendra les rênes du parti.

Cela faisait partie de la «feuille de route vers le renouveau» du conseil d’administration visant à reconstruire le parti.

Les changements ont permis à un mouvement politique de se former derrière Justin Trudeau, qui a remporté la course facilement et a revigoré le parti après une période de crise.

«Peu m’importe que vous soyez un libéral de Chrétien, un libéral de Turner, un libéral de Martin ou tout autre type de libéral», avait lancé M. Trudeau à la foule enthousiaste après avoir été élu. «L’ère des libéraux à trait d’union se termine ici, maintenant, ce soir.»

Son leadership a effectivement marqué le début d’une nouvelle ère d’unité libérale, mais la stratège conservatrice Ginny Roth a fait remarquer que le parti avait également été refait à son image.

«Le Parti libéral s’est en quelque sorte reconstruit autour de Trudeau comme un culte de la personnalité, et cela a fonctionné quand il était populaire», a commenté Mme Roth, qui a été directrice des communications de Pierre Poilievre pendant sa course à la chefferie.

Maintenant que ce n’est plus vrai, c’est l’identité même du parti qui est en jeu.

«Je pense que beaucoup de libéraux s’inquiètent de ce que pourrait signifier une course à la chefferie, car il n’y a pas de véritable établissement.»

Redéfinir ce que signifie être un libéral

Si Justin Trudeau devait se retirer avant les prochaines élections, le parti devrait non seulement trouver un nouveau chef avant cette échéance, mais aussi redéfinir ce que signifie être un libéral.

«Aujourd’hui, la marque du Parti libéral est devenue synonyme de Justin Trudeau», a soutenu Andrew Perez, libéral de longue date et stratège chez Perez Strategies.

Il a récemment appelé le chef libéral à démissionner, mais admet que c’est un défi de taille alors que les prochaines élections sont prévues dans moins d’un an et demi. C’est un risque, a-t-il admis, surtout compte tenu des règles qui ont amené M. Trudeau à la tête du parti.

L’objectif était de permettre aux gens de voter plus facilement pour le chef libéral en leur permettant de rejoindre le parti en tant que «sympathisant», afin qu’ils puissent voter sans avoir à payer pour une adhésion.

En 2016, ils sont allés encore plus loin, en supprimant complètement les cotisations du parti.

À l’époque, le parti avait déclaré qu’il s’agissait de rendre les libéraux plus «ouverts et accessibles».

Mais certains stratèges affirment que cela rend également la prochaine course à la direction susceptible d’être inférée par des groupes d’intérêts particuliers.

«Il est évident que le système pourrait être exploité dans une course à la direction», a déclaré M. Perez. Il est particulièrement préoccupé par le conflit en cours entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza et par les effets de division qu’il a eus sur la politique canadienne.

«Je m’inquiète du rôle des intérêts particuliers, qui peuvent se mobiliser autour d’une question et décider, sur la base d’une question, qui dirigera le parti.»

Même si certaines décisions concernant une course à la direction pourraient être prises par le conseil d’administration du parti, des changements plus importants concernant la composition nécessiteraient un amendement aux statuts du parti. Cela devrait passer par un vote des membres.

Un calendrier trop serré

Des discussions sont en cours pour organiser un congrès du parti au printemps prochain – trop tard pour modifier les règles en cas de course à la chefferie anticipée.

Le calendrier serait suffisamment strict pour nommer un nouveau chef avant que les Canadiens ne se rendent aux urnes, même si plusieurs libéraux – dont Andrew Perez – affirment que la crise n’est pas insurmontable.

Les courses à la direction durent généralement au moins des mois. Officiellement, la course à la direction que Justin Trudeau a remportée n’a duré que cinq mois, mais les candidats s’y préparaient depuis près de deux ans.

Il a également fallu deux ans aux conservateurs pour élire un nouveau chef après la démission de Stephen Harper après les élections de 2015. La course qui a porté Pierre Poilievre à la tête des conservateurs a duré huit mois.

Tous ces gens avaient le luxe de disposer de temps, ce qui est actuellement rare. Les prochaines élections auront lieu dans quinze mois au maximum. Tout dirigeant élu serait propulsé vers des élections quasi immédiates.

À Ottawa, nombreux sont ceux qui ont cité l’ancienne première ministre Kim Campbell comme un avertissement. Elle a remplacé Brian Mulroney, très impopulaire, à la tête du Parti progressiste-conservateur et en tant que première ministre en juin 1993 et n’a occupé ce poste que six mois.

Elle a été largement battue aux élections de 1993 et le parti s’est retrouvé avec seulement deux sièges à la Chambre des communes.

Scott Reid, qui a travaillé comme directeur des communications de l’ancien premier ministre Paul Martin, a affirmé que les gens avaient tiré de fausses conclusions de cette histoire.

«Les gens pensent que Kim Campbell était condamnée. Ce n’était pas le cas», a-t-il raconté.

Les chiffres des sondages de Mme Campbell ont bondi après sa candidature à la direction, mais elle n’a tout simplement pas été en mesure de soutenir l’imagination des gens une fois qu’elle l’a capturée, a-t-il analysé.

«Rien n’exclut la possibilité qu’une course rapide à la direction puisse créer un élan, une attention et une énergie qui pourraient vous conduire directement à des élections générales», a nuancé Scott Reid.

C’est l’histoire du père de Justin Trudeau, Pierre Trudeau, lorsqu’il est passé d’une course à la direction à des élections générales en 1968 et a remporté l’une des plus grandes majorités parlementaires de l’histoire récente, a-t-il mis en avant.

Un chef de remplacement avant le vrai chef?

Certains libéraux ont pensé en privé que le prochain chef n’était probablement qu’un remplaçant pour le vrai, étant donné les chances actuelles des libéraux de remporter les prochaines élections.

Bien qu’il existe une multitude de candidats potentiels qui s’organisent discrètement pour être prêts lorsque Justin Trudeau raccrochera, certains d’entre eux pourraient choisir de ne pas voter cette fois-ci, s’attendant à ce que le prochain vainqueur ne dure pas longtemps.

Après la défaite électorale de Paul Martin en 2006, les libéraux ont connu deux chefs qui n’ont tenu qu’une seule élection, Stéphane Dion et Michael Ignatieff.

Les conservateurs ont fait de même après la défaite du gouvernement de Stephen Harper en 2015, Andrew Scheer et Erin O’Toole n’ayant chacun mené qu’une seule campagne électorale infructueuse.

Les ministres Chrystia Freeland, Mélanie Joly, François-Philippe Champagne, Anita Anand et Sean Fraser sont tous à diverses étapes de préparation pour une éventuelle course à la direction. Il en va de même pour Mark Carney, l’ancien gouverneur de la Banque du Canada.

Aucun ne repousse activement Justin Trudeau et, à l’heure actuelle, aucun sondage ne suggère qu’il existe un candidat qui ferait beaucoup mieux que lui, voire aucun.

Scott Reid a souligné que la chose la plus importante pour les libéraux est d’éviter une mentalité défaitiste.

«Un parti qui dit ‘organisons-nous autour du principe que nous serons vaincus’ sera vaincu», a-t-il dit.

Partager cet article