La députée Caroline Desbiens estime avoir fait avancer le Québec

Par Lisianne Tremblay 2:17 PM - 19 juin 2024
Temps de lecture :

La députée de Beauport—Côte-de-Beaupré—Île d’Orléans—Charlevoix, est fière de son bilan. Photo courtoisie

Le Bloc Québécois considère avoir fait avancer le Québec durant la dernière session parlementaire qui a été intense, parfois constructive, souvent déplorable.

« Le Québec a beaucoup été sous les projecteurs politiques au cours des derniers mois et c’est en soi un
succès. À chaque occasion où ses intérêts ont été en jeu, le Bloc a fait rempart aux tentatives
franches ou détournées d’affaiblir la nation québécoise. Tandis que les partis fédéralistes
s’égaraient souvent dans la partisanerie et l’idéologie multiculturaliste ou pétrolière, les
députés du Bloc Québécois sont demeurés centrés sur les priorités des Québécois », commente la députée de Beauport—Côte-de-Beaupré—Île d’Orléans—Charlevoix.

Son parti politique a d’ailleurs travaillé pour s’assurer du respect des juridictions et pouvoirs du Québec par le gouvernement fédéral.

« Que ce soit en santé, en soins dentaires, en logement, en infrastructures ou en transport
collectif, ou pour son secteur financier, c’est le Québec qui détient l’expertise et qui est le
mieux placé pour bien mener ses affaires. Quand Ottawa s’en mêle, c’est toujours plus long,
toujours plus cher et jamais meilleur », rappelle Mme Desbiens.

Respecter la capacité d’accueil du Québec

En ce qui concerne l’immigration, le Bloc Québécois a insisté pour faire respecter les positions du Québec quant à sa capacité d’accueil et pour que le gouvernement fédéral verse une partie des coûts engagés pour les demandeurs d’asile. « Sans notre travail assidu, les 750 M$ du fédéral seraient
otages du déséquilibre fiscal », souligne la députée bloquiste.

Le Bloc québécois a également déposé un projet de loi pour éliminer l’exception religieuse de la loi qui
criminalise les propos haineux ou incitant à la violence. Dans le domaine de la santé, les députés ont également présenté un projet de loi qui permettrait aux personnes atteintes d’une maladie grave et incurable menant à l’inaptitude, telle que l’Alzheimer, de faire une demande anticipée d’aide médicale à mourir.

«En début de session parlementaire, nous avions choisi d’orienter notre travail sur le thème
Dignes de confiance!, parce que les Québécois et Québécoises savent qu’ils peuvent
compter sur nous pour proposer et imposer des solutions à leurs préoccupations, sans verser
dans le pur intérêt partisan. En regard de ce qui a été accompli, je pense sincèrement que
nous avons bien fait le travail et que nous nous sommes montrés dignes de cette confiance ».

Elle rappelle en terminant qu’il reste encore du travail à faire d’ici à ce que le Québec devienne un pays.

« Nous continuerons donc de dénoncer les atteintes à notre langue, à notre laïcité et à nos champs de compétence. Nous poursuivrons le travail pour appuyer l’économie du Québec, ses industries, ses régions, son tourisme, ses pêches et ses secteurs de pointe et afin qu’Ottawa cesse d’appuyer
l’industrie pétrolière et redirige ces milliards vers la transition écologique », conclut Caroline Desbiens.


Partager cet article