Attente à L’Isle-aux-Coudres : Christyan Dufour demandera de l’aide pour la circulation

Par Lisianne Tremblay 10:49 AM - 17 juin 2024
Temps de lecture :

Cette image démontre la file d’attente hier vers 12h40.

Le maire de L’Isle-aux-Coudres demandera l’ajout d’agents de sécurité pour faire la circulation lors d’événements pour éviter la situation qui est survenu dimanche.

Trois files d’attente différentes ont été créées après la fin de L’Échappée, qui avait attiré 1200 coureurs au cours de la fin de semaine.

« C’est exceptionnel, c’était la première fois que ça arrivait. Il suffit qu’il y ait une personne qui décide de faire la file n’importe où pour que d’autres la suivent. On va discuter avec la STQ pour avoir des signaleurs. Nous avons été obligés d’intervenir afin de régler la situation avec notre dg et un pompier, qui est venu faire la circulation. Je tiens à féliciter l’équipe de matelots qui ont fait les traversées plus rapidement. Ils nous ont permis de sauver la face », souligne Christyan Dufour.

La directrice de Tourisme Isle-aux-Coudres, Caroline Dufour, croit que l’ajout d’un deuxième traversier tel que promis aurait empêcher la situation vécue hier et qui a causé de longues files d’attente.

« C’était prévisible qu’il y ait de l’attente, l’événement se terminait à midi. L’Échappée n’avait pas demandé un 2e traversier pour rien. La STQ a encore une fois manqué de prévoyance. Le pompier a discuté avec des coureurs qui étaient à la fin de la file que c’était mieux d’aller manger ou d’aller à la plage et de revenir faire la file après. Cela a aidé. La circulation est redevenue à la normale vers 16h30 », précise Mme Dufour.

Le maire Christyan Dufour ne veut surtout pas revivre le même été que l’an dernier. Il rencontrera la STQ demain.

« On ne sait rien sur le bris concernant le Svanoy, qui a fait une seule traversée le 14 juin. Le 2e traversier est supposé arrivé vendredi, mais avec la grève ça risque d’être retardé. Je ne comprends pas que les maires concernés par les autres traverses, dont Tadoussac-Baie-Sainte-Catherine et Québec-Lévis ne réagissent pas plus que ça. Ils auront aussi des impacts. La STQ a eu 14 mois pour demander un mandat pour négocier et ils ne l’ont pas encore. Ce n’est pas normal. Il faut les brasser un peu. Même les matelots ne sont pas heureux de faire cette grève », déplore, M. Dufour.

Voici l’article publié hier :

Partager cet article