Miguel Breton, rappeur des montagnes

Par Jean-Baptiste Levêque 12:00 PM - 07 janvier 2023
Temps de lecture :

Miguel Breton, alias Düfff, en prestation. Photo courtoisie

Miguel Breton, originaire de Saint-Urbain, trace tranquillement son chemin dans le milieu du rap. Après plusieurs collaborations, celui dont le nom d’artiste est Düfff sort un premier projet seul, une mixtape intitulée Solo.

Même s’il réside maintenant à Québec, Miguel Breton est fier de ses racines charlevoisiennes. Son appartenance à Charlevoix transparait d’ailleurs dans plusieurs de ses vidéoclips tournés dans la région.

Miguel Breton devant l’église de Saint-Urbain, dans le vidéoclip de la pièce Notre dernière rose. Photo courtoisie

Le rappeur d’origine haïtienne a grandi à Saint-Urbain. Il a étudié au Centre éducatif Saint-Aubin et participé deux fois à Secondaire en spectacle, en 2009 et 2010. Il s’est même rendu à la finale régionale. Mais après cet élan, il a mis la musique sur pause.

« J’ai vécu trop de pression. Ça a provoqué un syndrome de la page blanche », raconte Miguel Breton. « Ça a été plus tranquille après, mais je continuais quand même d’écrire. »

La pandémie arrive en 2020 et bouleverse des vies de bien des manières… Miguel Breton se fait proposer par un ami d’enregistrer une chanson, « pour le fun ». C’est le déclic. Le jeune rappeur renoue alors avec la composition et l’interprétation.

Il sort sa première mixtape en 2021, ADN. Le EP Posé suit à l’été. Puis un premier album début 2022 : 28 ma biographie, composé de 28 chansons sur sa vie de 0 à 28 ans. L’artiste sort une deuxième mixtape, Mr Collabo, puis une troisième, Solo.

« J’ai commencé par faire beaucoup de collaborations », explique Miguel Breton. « Puis j’ai voulu faire un vrai projet solo, un projet 100 % Düfff. »

Extrait de la pochette de la mixtape Solo. Photo courtoisie

L’artiste se réclame d’un rap conscient, réfléchi. Loin du cliché habituel du bad boy. Ses inspirations viennent du rap français, comme les rappeurs Ninho ou Soprano, et québécois (Manu Militari, Gaza, Sans Pression).

Même s’il s’affirme en solo, Düfff s’est formé une « gang » de collaborateurs : O.G.B. et T.C. de La Malbaie, et Mazsta de Québec. Ils se présentent comme la 1000lys, un studio rap dans Charlevoix. Et s’autoproclament avec humour « la vibe des montagnes ».

Même s’il rêve de percer le milieu du rap québécois, principalement concentré à Montréal, Miguel Breton prend son temps. Il sait que la concurrence est forte et que son style n’est pas le plus vendeur. Mais il ne veut pas se mettre de pression, pour ne pas nuire à sa créativité.

Actuellement, l’artiste fait tout de manière indépendante. Il veut s’améliorer avant d’approcher une maison de disque. « Ça prend le gros tube pour ça », croit-il.

En attendant, on peut découvrir ses créations sur toutes les grandes plateformes d’écoute en ligne : Spotify, YouTube, Deezer… Son projet Solo est disponible depuis le 6 décembre.

Un deuxième album est en travail pour l’été 2023. Sur scène, Miguel Breton rêve de jouer « à la maison », tout particulièrement au Festif! Une preuve que même si la scène musicale de Charlevoix est beaucoup plus petite que celle de Montréal, elle peut aussi faire rêver.

Partager cet article