Le centre commercial Le Village de Baie-Saint-Paul remet les pendules à l’heure

Par Dave Kidd 5:00 AM - 05 octobre 2022
Temps de lecture :

La direction du Centre commercial Le Village de Baie-Saint-Paul estime que le moment est venu pour elle de faire une mise au point concernant le dossier de l’aire de repos pour les camionneurs.

La directrice générale de l’établissement, Christine Néron, confirme que le Centre commercial Le Village a répondu à l’appel d’intérêt du MTQ qui recherchait, cet été, un terrain pour permettre aux camionneurs de faire un arrêt.


Avant d’en arriver à soumettre une proposition, le centre commercial a tenté de discuter avec le MTQ. « En 2021, on a eu l’écoute des maires et du bureau de la députée Émilie Foster, mais rien ne s’est réglé avec le ministère des Transports. On n’a jamais eu l’intention de ne pas accommoder les camionneurs. On le fait gracieusement et gratuitement depuis plus de 20 ans. Notre objectif était de trouver une entente. On ne pensait pas que la situation allait se rendre là », dit-elle.


C’est justement quand le centre commercial a interdit le stationnement aux ca-mions que les choses ont commencé à bouger. Interdit est un grand mot puisque des camions utilisaient une autre portion du stationnement que celle située près du Tim Hortons pour s’immobiliser et se reposer.


« C’est toute une gestion pour nous. Il y a la sécurité, les tempêtes et l’achalandage aux commerces. Ça prend de l’encadrement pour l’utilisation du stationnement. Nous avons toujours collaboré et nous avons beaucoup de considération pour les camionneurs. Toutefois, il y a un coût à l’utilisation du stationnement », continue Christine Néron.


La décision appartient donc au MTQ. Son appel d’intérêt se terminait le 31 août dernier. En date du 29 septembre, la direction du centre commercial n’avait pas eu de retour sur sa proposition. « Les responsables (le MTQ) doivent assumer le fait qu’ils n’ont pas voulu trouver une entente », termine Christine Néron.


Sur les réseaux sociaux, le centre commercial a essuyé de nombreuses critiques pour avoir interdit le stationnement. En faisant le point, la direction espère que la population comprendra qu’elle n’a jamais touché un sou pour son stationnement, qu’elle veut collaborer, mais qu’elle ne peut pas effectuer le travail du ministère des Transports du Québec.

Partager cet article