Ralentissement à L’Isle-aux-Coudres

Par Maxim Villeneuve 6:59 AM - 04 août 2022
Temps de lecture :

La saison touristique connaît un retour en arrière à L’Isle-aux-Coudres. L’achalandage est plus imprévisible et les acteurs du milieu touristique doivent réajuster le tir.


«On ne se contera pas de peurs, les deux dernières années, on a été envahi! Là, on est en mode 2019, on recule dans le temps un petit peu», exprime le co-propriétaire du restaurant Le Corylus, de la biscuiterie Aux fruits du biscuitier et de la Cidrerie Pedneault, Éric Desgagnés.


Celui-ci s’attendait à une saison occupée et avait planifié les horaires de ses employés en conséquence. La lenteur des activités l’a forcé à faire des ajustements. Une des causes est bien sûr la fin des mesures sanitaires.


La réouverture des frontières élargit le terrain de jeu des touristes et la hausse des prix de l’essence aurait aussi un rôle à jouer dans la décision des voyageurs de ne pas s’aventurer trop loin en voiture, selon M. Desgagnés. Les intervenants du milieu touristique estiment que la reprise des festivals a également son rôle à jouer.


Encore le bateau


Plusieurs croient que l’instabilité du service du traverse a refroidi l’enthousiasme de certains touristes potentiels.
«On a eu un début de juillet vraiment pas évident, témoigne le co-propriétaire de l’Auberge La Fascine, Frédéric Boudreault. Il y a aussi eu la mauvaise publicité avec le bateau. Pendant deux semaines, ça appelait juste pour canceller…»


La co-propriétaire de La Fabrique de L’Isle, Carol-Anne Pedneault, fait un constat similaire.
«La minute qu’il y a un pépin, les gens enregistrent ça et se disent automatiquement qu’ils ne devraient pas venir tout simplement ».


Cependant, une saison plus tranquille que les deux dernières ne veut pas dire que les choses ne vont pas bien. «Il faut juste redescendre nos attentes, parce que ça va quand même très bien», dit Mme Pedneault.
Cette dernière croit que les Québécois ont découvert leur province durant les deux derniers étés et que L’Isle-aux-Coudres a gagné de nouveaux adeptes.


«Les gens qui avaient l’esprit voyageur sont repartis autour du monde vivre des expériences, mais je pense qu’on a quand même créé une nouvelle clientèle depuis deux ans. On l’a constaté, parce que les gens qui venaient ne connaissaient pas L’Isle, ne connaissaient pas Charlevoix, ne s’étaient pas rendus ici», conclut Carol-Anne Pedneault.

Partager cet article