Omble de fontaine anadrome : des pêcheurs de Charlevoix et de la HCN recherchés pour un suivi volontaire

Par Johannie Gaudreault 2:43 PM - 07 juillet 2022
Temps de lecture :

Les pêcheurs d’ombles de fontaine anadrome en territoire libre sont invités à prendre part à un suivi volontaire pour assurer l’avenir de la ressource. Photo : MFFP

Afin d’acquérir des connaissances rigoureuses sur les populations d’omble de fontaine anadrome, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) invite les pêcheurs de Charlevoix et de la Haute-Côte-Nord à faire leur part en participant au suivi volontaire en territoire libre.

Aussi appelé truite de mer, ce poisson est prisé par une multitude de pêcheurs et génère des retombées socioéconomiques importantes, selon le MFFP.

« L’état de sa situation pointe toutefois vers une tendance à la baisse des populations. La qualité de cette pêche a diminué au cours des 30 dernières années. La moitié des populations suivies montre un déclin en abondance, signe de surexploitation et d’autres pressions externes », fait savoir l’instance gouvernementale par voie de communiqué.

Notons qu’il est obligatoire de déclarer sa récolte d’ombles de fontaine anadrome aux gestionnaires des territoires fauniques pour la conservation de cette espèce migratrice. « Ces déclarations, essentiellement exigées sur les rivières à saumon, constituent actuellement le seul suivi d’exploitation disponible, d’où leur importance », ajoute le ministère.

Il n’y a donc aucun suivi officiellement en vigueur en territoire libre, principalement en zones estuarienne et côtière ainsi qu’en rivière hors territoire faunique. Ces zones sont néanmoins importantes pour l’omble de fontaine anadrome, « puisqu’elles sont leur garde-manger, leur refuge thermique et leur lieu de reproduction ».

Pour prendre part au suivi volontaire, les pêcheurs intéressés doivent se procurer un carnet de pêche pour l’estuaire moyen (Charlevoix aux Bergeronnes) et le fjord du Saguenay, la péninsule gaspésienne et la Baie-Laval à Forestville en communiquant avec le bureau régional de la direction de la gestion de la faune.

Il suffit d’y noter ses données de pêche au fur et à mesure de ses activités et de le renvoyer par la poste à la fin de la saison. Les données recueillies permettront ensuite « d’élaborer une stratégie de gestion efficace et adaptée à la réalité des différentes populations d’omble de fontaine anadrome, ainsi qu’aux réalités socioéconomiques régionales ». 

Elles aideront aussi à mettre au point des indicateurs fiables de l’état de la ressource et de l’évolution des populations. « Aucune information ne servira à des fins de contrôle du respect de la réglementation », précise le MFFP.  

Rappelons que dans le but d’améliorer les suivis de l’OFA à l’échelle provinciale et répondre au besoin d’assurer une cohérence interrégionale dans les mesures de gestion, le MFFP a convenu d’élaborer un plan d’action pour l’OFA s’échelonnant de 2019 à 2023. Celui-ci est disponible sur le site Internet du ministère.

Partager cet article