C’est parti pour la deuxième saison du jardin collectif de Maison Mère

Par Lisianne Tremblay 11:44 AM - 03 juin 2022
Temps de lecture :

La première activité de semis du potager de Maison Mère a réuni plusieurs bénévoles.

Une équipe de bénévoles, dont quelques membres des Petites franciscaines de Marie, ont participé à la première activité de semis de Maison Mère Baie-Saint-Paul du projet de laboratoire vivant, réalisé en collaboration avec les PFM et l’Université Laval.

Pour entamer cette deuxième saison du Potager, les semences ont été offertes par Charles Emmanuel de la Ferme Cap aux Oies.

Cet été, les jeunes et les enfants pourront prendre part à ce projet. « Nous avons une programmation d’activités qui inclut les jeunes notamment. Pendant l’été, tous les vendredis il y a aura des activités avec le camp de jour. Nous allons aussi collaborer avec Lucie Tremblay, du Ciné dans l‘pré et avec le Club bon cœur pour une activité d’éducation sur les plantes médicinales. On tiendra des activités moins informelles avec le marché public. On espère animer le jardin cet été », précise Catherine Langlais, chef de projet à l’Université Laval. »

Un partenariat a été créé avec l’école Forget pour que les élèves puissent venir plus régulièrement au jardin à partir de la prochaine rentrée. Il y a aussi eu des activités ce printemps.

De plus, les membres de la Coop de l’Arbre seront en charge cet été de toute la partie technique du Potager.

Quant aux Petites franciscaines de Marie, elles continuent de collaborer au laboratoire vivant, initié par le chercheur Étienne Berthold. « Cela fait déjà cinq ans qu’on soutient le projet de recherche. On trouve que c’est important de s’investir pour le patrimoine social. Quand on met quelque chose au monde, comme ce living lab, cela prend toujours un peu de temps à se déployer. Le jardin de François représente la dimension franciscaine et le potager va chercher un autre aspect de cette vie franciscaine. Cela entre dans nos valeurs et cela permet aussi de préserver la maison commune », souligne Sœur Doris Lamontagne, supérieure générale des PFM.

Les religieuses continuent à s’impliquer à leur façon au sein de la communauté de Baie-Saint-Paul. « On est contente d’être encore présentes au cœur du monde. Il n’y a pas d’âge pour participer à des activités selon nos capacités. Nous avons des sœurs qui ont eu 100 ans cet hiver, Sœur Marie-Paule et Sœur Marie Otis, et elles sont encore très présentes au cœur du monde. C’est en continuité avec ce que nous faisons puisque pour nous chaque être humain a sa dignité que l’on veut respecter », ajoute Mme Lamontagne.

Les Petites franciscaines de Marie ont bravé la pluie pour collaborer à l’activité de semis du Potager.

Partager cet article