Crise du logement : situation pénible pour les employeurs de Charlevoix-Est

Par Dave Kidd 6:02 AM - 08 mai 2022
Temps de lecture :

Laurence Bessone et Isabelle Blanchard de Mission développement Charlevoix ont présenté l’enquête sur le logement

La crise du logement a été documentée par le bras économique de la MRC de Charlevoix-Est. L’équipe dirigée par Jean-Christophe Maltais a présenté les conclusions d’un sondage mené auprès de 400 ménages.

20% des répondants ont confié être à la recherche d’un nouveau logement. 35% des chercheurs veulent acheter une maison. 76% des chercheurs recherchent un appartement dont la mensualité maximale est de 700$ par mois.

L’enquête démontre aussi que 161 habitations ont été jugées neuves ou en bon état, 196 nécessitant des rénovations mineures et 42 des majeures.

Plus d’un répondant sur deux a choisi de vivre dans Charlevoix-Est parce qu’il est natif de cette MRC.  172 ont dit que la qualité de vie était la raison de leur lieu de résidence, 117 pour le travail et 105 pour le plein air.

65 % des ménages interrogés n’ont pas d’enfant. 1 répondant sur 4 habite seul.

Des employeurs ont aussi été sondés. Pour eux, le casse-tête est important.  10 des 15 interrogés ont avoué que le manque de logement est un obstacle à l’embauche. 9 ont dit devoir fournir de l’aide à leurs employés pour qu’ils se logent.

Ils ont aussi identifié que la location de courte durée et clé en main est un besoin pour eux.

Et les besoins globaux n’iront pas en diminuant. Ils ont indiqué avoir 263 postes à combler et près de 625 d’ici 3 ans.

En fait, il manque de logements pour tous les groupes d’âge. La formule d’une coopérative d’habitation a été soulevée tout comme celles des micromaisons ou de minimaisons.  

L’encadrement de la location touristique a aussi été avancé avec des exemples de ce qui se passe ailleurs. Aux Îles-de-la-Madeleine, un projet de règlement permettrait la location touristique seulement en zones de villégiature.

Pour la préfet Odile Comeau, la question du logement est majeure. « C’est le grand défi à court terme. Ce ne sont pas les municipalités ou la MRC qui vont tout régler, mais elles peuvent aider et encadrer ».

Partager cet article