Trois milieux de vie pour aînés en éclosion de COVID-19 dans Charlevoix

Par Karine Dufour-Cauchon 10:00 AM - 13 janvier 2022
Temps de lecture :

La résidence des Bâtisseurs de La Malbaie

Trois milieux de vie pour aînés de la région sont présentement touchés par des cas de COVID-19 à l’intérieur de leurs murs en date du 13 janvier 2022.

On sait déjà qu’au CHSLD Pierre Dupré de Baie-Saint-Paul, 6 usagers ont contracté le virus pour l’instant.

La Résidence privée pour aînés (RPA) des Bâtisseurs de La Malbaie est, pour sa part, prise avec 10 résidents atteints de la COVID-19.

Le troisième établissement touché se situe à Clermont, dans la RPA de la Maison Desmeules. L’éclosion touche présentement 6 résidents de l’endroit.

Au moment de publier, le Centre Intégré universitaire de Santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale n’était pas en mesure pour l’instant d’offrir un portrait du nombre de travailleurs contaminés pour ces milieux de vie.  «Des résultats de dépistages doivent arriver au cours des prochaines heures» indique l’organisation en correspondance au journal.

Lorsqu’une éclosion survient, un protocole est mis en vigueur pour limiter la propagation du virus à l’intérieur de la résidence ou du CHSLD.  Selon la main d’œuvre disponible, celui-ci peut être appelé à changer.  Dans un monde idéal, voici les mesures actuelles à déployer en situation d’éclosion, soit avec au moins deux cas chez les usagers et employés.


Une équipe-mission du CIUSSS est d’abord déployée dans le milieu. Cette équipe est composée d’experts en prévention et contrôle des infections (PCI), en soins cliniques, en hygiène et salubrité, en logistique (équipements de protection individuelle, buanderie, services alimentaires) et en gestion courante.


L’équipe fait un diagnostic du milieu, car chaque situation est différente (environnement physique, profil de la clientèle, offre de services du milieu, etc.). Elle émet des recommandations et s’assure de leur application, indique Mathieu Boivin, porte-parole du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Une «zone chaude» est implantée pour confiner les résidents infectés et une équipe de soins y est dédiés pour éviter le mouvement de personnel. Les zones tièdes sont des zones de transition entre les secteurs chauds et froids (sans cas de COVID-19).

Finalement, des conférences de gestion entre les équipes du CIUSSS et les résidences en question sont organisées quotidiennement, toujours selon le protocole idéal, pour suivre l’évolution de la situation.

Partager cet article