(Mise à jour 10h56) Raymond Malenfant est décédé

Par Dave Kidd 9:20 AM - 08 janvier 2022
Temps de lecture :

Photo tirée du site pierretochette.com Raymond Malenfant faisait signer une pétition pour « reconquérir son Manoir Richelieu»

Le plus controversé des anciens propriétaires du Manoir Richelieu et du Mont Grand-Fonds est décédé hier soir. Raymond Malenfant est mort entouré de ses proches. Il était âgé de 91 ans.

Son décès ramène dans l’actualité le triste conflit de travail qui s’est déclaré dans le plus grand hôtel de Charlevoix entre l’homme d’affaires et la CSN.  

Ce conflit avait divisé la population. Le maire de La Malbaie l’a rappelé lors du lancement du roman de Mario-Bernard Tremblay : Le Manoir des mal-aimés ou L’hôtelier qui n’aimait pas le syndicat.

« Mon père qui dirigeait l’entreprise ne voulait pas qu’on prenne position avec les clients. Il y en avait des deux bords qui venaient au magasin », a relaté Michel Couturier récemment.

Le magazine l’Actualité l’avait surnommé « Le toffe de La Malbaie ».

Photo Collection de la Société d’histoire de Charlevoix Crédit Pierre Rochette

Pour l’historien Serge Gauthier, le conflit du Manoir Richelieu a détruit le positif qu’il avait généré. Raymond Malenfant était « un bonhomme têtu. Il était de la génération où le propriétaire était le seul maître à bord. Je pense que c’est le gouvernement qui lui a demandé de casser le syndicat, » croit-il.

« Il avait de bonnes intentions, mais il s’est enfargé dans une idéologie. Ça aurait été facile de trouver un compromis avec le syndicat. Il a entrainé la région dans ça. Pendant 10 ans, on a entendu des gens dire qu’ils n’allaient plus au Manoir Richelieu », analyse Serge Gauthier.

Le président de la Société d’histoire de Charlevoix mentionne que la région a subi des contrecoups importants de la saga du Manoir Richelieu. « Ç’a été toute une publicité négative alors que le boycottage syndical visait tous les établissements de l’hôtelier. »

En 2010, Christian Harvey de la Société d’histoire de Charlevoix a publié  «Ce n’était pas le temps d’une paix – L’Histoire du conflit du Manoir Richelieu (1985-1989)».

L’auteur y présente un portrait global, 25 ans plus tard, d’un événement d’abord régional maintenant inscrit dans tous les livres d’histoire du Québec.

Selon ce que rapporte la Presse Canadienne, Raymond Malenfant éprouvait des problèmes de santé depuis des années.

Il a aussi fait l’objet d’une minisérie présentée à Série +. Luc Picard incarnait l’hôtelier qui a fait fortune avant de tout perdre au début des années 1990.

Partager cet article