Tests rapides: les pharmacies de la région sur le qui-vive

Par Karine Dufour-Cauchon 12:02 PM - 03 janvier 2022
Temps de lecture :

Photo : Page Facebook Familiprix Marie-Pier Labbé

(Mise à jour 16h45) Les pharmacies de Charlevoix sont sur le qui-vive. Elles attendent toutes avec impatience les nouveaux arrivages des tests de dépistages rapides pour la COVID-19. Presque toutes les boîtes se sont envolées dès leur arrivée.

Michael Bouchard, pharmacien propriétaire du Familiprix La Malbaie, indique que «ça part toujours instantanément.

«On a vraiment hâte d’en recevoir d’autres. D’habitude, on le sait 24 heures à l’avance. Avant le Jour de l’An, nous avons reçu une note comme quoi ça n’allait pas avant le 5 janvier. Certaines pharmacies au Québec ont toutefois commencé à en recevoir déjà. Pour nous, ça risque d’être dans les prochains jours», partage-t-il.

Il a choisi de ne pas réserver les tests rapides aux clients ayant un dossier à son comptoir pharmacie. «On s’est dit que ce n’est pas tout le  monde qui ont des dossiers, il y a aussi des gens de passage, ca devient un peu compliqué à gérer. Nous n’avons pas mis de restrictions de ce côté-là», déclare M. Bouchard, qui a hâte «de pouvoir en avoir assez pour en donner à tout le monde».

Marie-Pier Labbé, également pharmacienne propriétaire d’une succursale Familiprix, indique que pour son établissement de Baie-Saint-Paul, les petites boîtes aussi sont très attendues. Le téléphone sonne souvent à cet effet.

«Nous n’en avons pas, et nous ne savons pas quand nous allons en avoir. Notre distributeur de Familiprix nous en envoie dès qu’il en a, mais ça part très vite. On ne sait jamais quand on en reçoit, on est tout le temps sur le qui-vive», explique Mme Labbé.

Au Familiprix de Baie-Saint-Paul, les tests ne sont pas réservés aux clients avec un dossier actif à la pharmacie. «C’est premier arrivé, premier servi. Idéalement, les gens ont un dossier chez nous, mais s’ils n’en ont pas, nous en donnons quand même selon les cas, comme si la personne a des symptômes ou est atteinte de cancer», décrit-elle.

Il s’agirait d’une recommandation de l’Ordre des pharmaciens du Québec de privilégier les clients avec dossier. Ceci dit, l’établissement décide s’il établit ou non cette priorisation.

D’ailleurs, des lecteurs partagent au journal qu’ils trouvent que la distribution des tests rapides « très ordinaire ». Un de ceux-ci, Sylvain Girard, de Notre-Dame-des-Monts, la qualifie de « discriminatoire ». Les tests sont payés par le gouvernement. On devrait les recevoir sans être client d’une pharmacie. Qu’est-ce que je fais si je travaille à l’extérieur et que je veux m’en procurer ? On paye toujours bien assez d’impôts. Qui en fait pourra en avoir des tests avec ce système? » déplore-t-il

Réservations en ligne ou en personne?

Au Jean Coutu Mylène Auger de La Malbaie, on précise qu’aucun arrivage n’est attendu avant la fin du mois. On demande aux clients de passer par une plateforme en ligne pour réserver. Les clients avec un dossier au laboratoire sont priorisés lors de la distribution.

Les réservations en ligne sont aussi la voie à suivre pour le Jean Coutu Lyne Dufour de Baie-Saint-Paul. Les arrivages sont aussi incertains.

Finalement, le Brunet Steeve Simard de Clermont est l’un des seuls établissements de la région* à posséder encore des boîtes de tests rapides de dépistage de Covid-19. Même si la réservation en ligne est disponible, la succursale Brunet indique que la réservation peut se faire en personne. Steeve Simard, propriétaire, confirme qu’au début de la distribution, les clients vulnérables ou avec un dossier au comptoir pharmacie étaient priorisés. C’est désormais ouvert au grand public.

«Nous ne demandons pas mieux, d’en avoir pour tout le monde. Nous recommandons à nos employés de donner une boîte par famille. Cette fin de semaine, nous en avons donné à des gens qui n’étaient pas clients chez nous. Au début, c’était la folie. Là, ça a diminué», ajoute-t-il au journal.

*Cette liste est non-exhaustive. Il est préférable de vous informer sur les sites web ou par téléphone auprès de votre pharmacie de proximité pour de plus amples détails.

Partager cet article