Saint-Siméon à l’heure du boom économique

Par Dave Kidd 5:00 AM - 15 décembre 2021
Temps de lecture :

Plusieurs facteurs semblent favoriser le développement de Saint-Siméon

Le maire Sylvain Tremblay amorce son quatrième mandat avec une véritable explosion de dollars. Le positionnement de la municipalité comme une station récréotouristique commence à prendre sérieusement forme. On investit à coup de millions à Saint-Siméon.

« La relance d’une municipalité ou d’une entreprise passe par la fierté. C’est exactement ce qui se passe chez nous », lance le maire qui estime que la revitalisation du village est bel et bien commencée. « Plusieurs commerces ont fait des investissements. C’est un signal fort », poursuit-il.


Avant de voir débarquer des investisseurs, la municipalité a posé des gestes concrets pour se rendre attrayante. Les deux seuls chantiers majeurs qu’elle doit compléter sont les chemins Port-au-Persil et de la Chapelle.


La situation géographique de Saint-Siméon, au carrefour de plusieurs régions, aide. Elle peut intéresser un vaste éventail de promoteurs. C’est ce qui l’amène aujourd’hui à réfléchir sur le type de développement et de tourisme qu’elle souhaite attirer.


« On ne pourra pas à assumer tous les coûts reliés aux infrastructures touristiques. L’idée d’une redevance sur les achats des biens et services comme en Gaspésie mérite d’être analysée. C’est évident que nous prenons la direction du tourisme durable et responsable», soutient Sylvain Tremblay.


Plusieurs établissements ont changé de mains. « Les forces vives du milieu ne sont plus les mêmes. Des idées nouvelles arrivent. Quand le milieu a foi, la roue tourne. Les gens ont repris confiance, » se réjouit le maire qui est également encouragé par le nombre de maisons en vente qui est nettement plus bas qu’avant la pandémie.


Le diamant brut qu’est Saint-Siméon commence à se polir et à prendre encore plus de valeur. Des promoteurs frappent à la porte de l’endroit. « Ici, on trouve le moyen d’aider les investisseurs », avance l’agente de développement économique, Johanne Dallaire.


« Les grands espaces, la nature, la notoriété et le prix des terrains sont des avantages que nous exploitons. La machine municipale est «gearée» pour aider. On a une attitude positive», renchérit le maire Tremblay.

D’un développement à l’autre

La relance du Camp Arthur-Savard est l’un des premiers projets qui a redonné du pep à la municipalité. D’autres ont suivi. Vertendre est déjà en marche. Estimé à 8 M$, il comprend la construction de 21 unités écologiques de type «zoobox».


Un développement dans le secteur de Port-au-Persil par le groupe Octave est aussi confirmé. Quatre terrains dans le boisé du chemin des Plateaux, avec vue dégagée sur le fleuve Saint-Laurent, sont en vente. Ici aussi, la préservation de la nature est primordiale pour le promoteur de ce projet évalué à 2 M$.


Bosco Charlevoix s’est aussi installé à Saint-Siméon. L’entreprise d’aventures propose des excursions guidées de traîneau à chiens et de kayak de mer dans un environnement naturel.


La société Duvetnor, qui possède ou gère de nombreuses îles dont celles de l’archipel Les Pèlerins, du Pot à l’Eau-de-Vie et aux Lièvres, discute avec la municipalité pour offrir des croisières d’observation. « Le village est une station récréotouristique. Je mise beaucoup sur l’hiver. L’été, on est déjà plein», commente le maire.


Ce jeudi 16 décembre, il a convié les gens d’affaires à une rencontre au cours de laquelle il veut favoriser les échanges.


Il souhaite que les entreprises travaillent ensemble au développent de la forfaitisation.

«J’ai souvent dit que le manque de solidarité dans Charlevoix-Est a fait mal sur le plan économique. Je veux contribuer à renverser cette tendance dans ma municipalité », termine Sylvain Tremblay.


Des représentations du service de développement économique de la MRC de Charlevoix-Est, de Tourisme Charlevoix et de la Chambre de commerce de Charlevoix feront étalage de leurs services.

Partager cet article