Chronique : Lettre aux futurs maires

Par Dave Kidd 6:30 AM - 06 novembre 2021
Temps de lecture :

Photo : istock

Chers futurs élus,

Dans quelques jours, vous saurez si votre message était le bon. Vous aurez 4 ans pour réaliser ce que vous avez mis de l’avant. J’espère que vous avez retenu les messages des électeurs, surtout ceux qui ne touchaient pas dans le contenu de votre programme.

Le sondage non scientifique que le Charlevoisien a laissé pendant longtemps sur son site Internet révèle qu’un répondant sur trois (33%) fait de « Retenir les jeunes et attirer de nouvelles familles » sa priorité. Arrivent ensuite loin derrière, à 16% et sur un pied d’égalité, la disponibilité des logements et les taxes.


La photo que je tire de notre sondage n’est pas une surprise. Je dis ça pis je ne dis rien, mais c’est quand même ce qu’on entendait le plus en discutant avec les électeurs : les jeunes, les familles et le logement.


L’enjeu de la démographie est définitivement la priorité absolue pour garder nos villes et municipalités vivantes.
La pénurie de travailleurs a ouvert bien des yeux. Qui n’a pas parlé de tel resto fermé pendant 2-3 jours ou de tel commerce qui a diminué ses heures d’ouverture? On est rendus là.


On règle ça de quelle manière maintenant ? La solution ne se trouve pas seulement dans un hôtel de ville ou autour de la table du conseil municipal.


Quand bien même que Saint-Aimé-des-Lacs rendrait disponibles 300 terrains « abordables », -ça c’est un autre enjeu, le prix des terrains- si les futurs acheteurs n’ont pas l’emploi qu’ils cherchent dans la région, ils ne viendront pas.
La solution pour attirer des familles passe par un travail d’équipe et n’est pas que l’affaire d’un maire et de six conseillers.


Prenons le cas de Baie-Saint-Paul. La Ville n’a pas de terrain. Même pas des très chers.


Quand des candidats disent vouloir attirer de jeunes familles ou favoriser l’accès à la propriété, ça veut dire quoi ?
Pour moi ça veut dire un comité. Des réflexions, des ci pis des ça.


J’oubliais qu’une étude sur le logement est en cours. Pas besoin d’être ingénieur pour conclure que si tu ne possèdes pas de terrain, tu ne peux pas construire une maison ou un bloc appartements. Point final.


Donc tu écartes Baie-Saint-Paul de ton choix de lieu de résidence ou bien tu fais affaire avec le privé.
Des promoteurs, il y en a. Ce qui nous amène à la question du prix. Ils veulent rentabiliser leurs investissements.
On ne peut quand même pas leur demander de tout donner. La solidarité a toujours bien des limites. La loi du libre marché a aussi ses vertus.


Les Villes de Clermont et de La Malbaie sont nettement mieux outillées en ce domaine.


Elles ont encore des terrains à vendre et caressent aussi de nouveaux développements résidentiels.


Rapidement, c’est le budget 2022 qui vous occupera. Les travaux sont normalement avancés à ce moment de l’année.


Le conseil sortant s’est avancé sur certains projets et a pris des engagements. Il serait assez surprenant que tout ce qu’il a planifié se retrouve dans le bac bleu.

Ce sera, dans les faits, le premier budget du nouveau conseil, mais pas véritablement le premier que vous élaborerez comme maire de l’endroit. C’est dans celui de 2023 que l’on verra davantage vos couleurs.


On donne 100 jours à un gouvernement provincial pour s’installer.


Il faut aussi donner du temps aux nouveaux édiles municipaux d’arriver quoique la plupart des candidats à la mairie ont de l’expérience.

C’est bien souvent une phrase qu’on doit décoder qui donnera l’ampleur des changements qui seront proposés. Si en janvier, ladite phrase n’est pas prononcée, ça sentira la continuité à plein nez.

Partager cet article