Mairie de Saint-Siméon : Sylvain Tremblay veut continuer à développer

Par Karine Dufour-Cauchon 6:00 AM - 09 octobre 2021
Temps de lecture :

Sylvain Tremblay, maire de Saint-Siméon depuis 12 ans, veut continuer le travail. Du développement reste à faire pour que la municipalité devienne une station touristique quatre saisons. Il croit que «la maison est construite, il faut maintenant l’habiter».

Sylvain Tremblay a encore la flamme. Celui qui présente ses recrues au conseil avec l’Équipe Saint-Siméon se dit prêt à quatre autres années, un mandat sous la trame du développement touristique. Il réitère que sa municipalité est «le diamant brut » de Charlevoix.

« On veut avoir du monde, être habité, avoir une école encore, avoir notre dépanneur, notre épicerie, que notre monde travaille. Notre village a changé dans les dernières années. Avant, on était connu pour le service de traversiers, aujourd’hui on n’en parle même pas, grâce à nos efforts de communication. J’ai travaillé fort pour faire valoir notre territoire», souligne le maire sortant.

À ceux qui disent que le touriste a été le seul servi par son administration, il rétorque que plusieurs investissements ont été réalisés pour la population locale : la réfection de la patinoire, la maison des jeunes rénovée, les centres des loisirs de Baie-des-Rochers et de Saint-Siméon refaits.

Son adversaire lui reproche un manque de transparence. Il indique avoir décuplé les efforts de communication avec les citoyens.

«Je comprends qu’il est appuyé d’anciens conseillers et que derrière cela, il y a beaucoup d’amertume. (…) Je trouve cela assez spécial d’entendre qu’on est opaque. Le conseil en séance est là pour voter. On écrit des commentaires, j’écris tous les communiqués, on a été la première municipalité à faire nos assemblées en direct sur Facebook. Ces gens-là ne sont pas là aux assemblées, à la période de questions. Pourrions-nous être plus [transparents]? (…) Je trouve ça un peu facile.»

L’exode des aînés est un problème, reconnaît-il. Les logements abordables pour cette tranche de la population manquent aussi, mais la solution n’est pas dans la cour du municipal. «C’est un enjeu. Par contre, nous n’avons pas les leviers au niveau municipal. C’est très difficile. À La Malbaie, Les Bâtisseurs, c’est privé. Ça nous a malheureusement siphonné du monde », dit-il. Il soutient toutefois que du travail peut être fait. La municipalité travaille entre autres à un service de cuisine communautaire.

Finalement, concernant le parc de la Côte-de-Charlevoix, Sylvain Tremblay veut s’assurer que Saint-Siméon ait son mot à dire. Il entend déposer un mémoire lorsque viendra le temps des consultations publiques.

Partager cet article