Mairie de Clermont : Mathias Dufour veut «un maire élu, pas nommé»

Par Karine Dufour-Cauchon 7:00 AM - 08 octobre 2021
Temps de lecture :

Mathias Dufour a été maire pendant 14 ans à Clermont

Celui qui a été maire dans les années 90 veut retenter sa chance. Mathias Dufour se relance pour devenir maire de Clermont. Il misera sur son expérience pour sa campagne électorale. Son message : le maire de Clermont sera élu, et non nommé.

 « C’est simple, j’ai Clermont dans les veines, déclare-t-il au journal d’entrée de jeu. Je me suis toujours occupé d’affaires publiques, dont 14 ans au municipal. J’ai le sentiment que je peux encore donner. Si je ne pensais pas être le meilleur candidat, je ne serais pas là. On en déduire ce que l’on en voudra, mais je sais que je suis en mesure de donner un excellent service. Le maire ne sera pas nommé, il sera élu. Ça en dit beaucoup», déclare M. Dufour.

M. Dufour a été maire de 1984 à 1998 et a tenté un retour en 2004, en vain. Il essaie de nouveau en 2021 alors que Jean-Pierre Gagnon quitte le siège de maire après plus de 16 ans.

Ses priorités pour la Ville de Clermont restent à déterminer, déclare-t-il. Dans ce qu’il peut mentionner pour l’instant, M. Dufour parle d’un projet de développement autour de la Rivière-Malbaie. «Je suis le même visionnaire que j’étais à l’époque. On n’a pas changé. Je ne parlerai pas de grands projets, mais je dirais qu’il faut toujours être sur la brèche, être à l’écoute et aux aguets du milieu. Il y a un beau cours d’eau à Clermont qui n’est pas mis en valeur. Oui, il y a le camping de Saumon Rivière-Malbaie. Cette idée était venue du conseil municipal à l’époque, où on avait fait une étude», soutient-il. Il souhaite d’autres interventions dans le genre.

Il soutient «avoir fait beaucoup pour la communauté de Clermont». «Le Parc des berges, c’est moi de A à Z, j’étais l’idée de départ. J’ai été là à la réalisation. Aujourd’hui, les gens en sont satisfaits. Ça fait partie du milieu de vie. Je suis prudent avant de vendre mes idées. Je vais me plonger dans le dossier prochainement.

Le dossier de la restauration de la Maison Lapointe de Clermont lui tient à cœur, ce n’est pas un secret. Il s’implique depuis quelques mois auprès de la Société d’Histoire de Charlevoix pour lui redonner «ses lettres de noblesse». S’il est élu, il voudra accomplir ce qu’il avait demandé à Jean-Pierre Gagnon autrefois, soit de financer le projet.

 «La philosophie de M. Gagnon se défend, sauf que ce n’est pas la mienne. On ne peut pas dire qu’il n’a pas fait une bonne job, il n’y a plus de dettes à la ville. Sauf qu’on n’est pas là non plus pour accumuler de l’argent. Je n’oserai pas avancer le chiffre aujourd’hui, mais la ville avait de la liquidité pour financer la maison Lapointe. Pourquoi ils ne l’ont pas fait?» termine-t-il.

Il espère au passage que les travaux sur le revêtement extérieur soient exécutés pour l’automne.

Partager cet article