Michel Couturier est réélu sans opposition

Par Dave Kidd 4:36 PM - 01 octobre 2021
Temps de lecture :

Michel Couturier est réélu sans opposition maire de La Malbaie.

Il n’aura pas eu besoin de mener campagne pour obtenir un 3e mandat. À la fin de la période de mise en candidature, aucun nom ne figurait à côté du sien pour le poste de maire.

Le principal intéressé parle d’un beau vote de confiance de la part des électeurs qu’il a remerciés.

« Je suis heureux. J’étais nerveux de faire une élection. Je vais continuer à servir la population pendant un autre quatre ans. C’est un moment émouvant », a commenté Michel Couturier qui a remercié ses équipes politique et administrative.

Il identifie plusieurs facteurs pour expliquer sa réélection sans opposition. « La ville est dans un beau momentun. Je crois humblement que la majorité des gens voulait continuer avec le maire en place », dit-il.  Il admet aussi que la politique municipale n’est pas facile surtout avec les réseaux sociaux par où arrivent très souvent les critiques. « C’est aussi un engagement très prenant », reconnait Michel Couturier.

Même s’il n’a pas à faire campagne, le maire de La Malbaie entend voir du monde de tous les secteurs. Il ne prévoit pas aider « un candidat en particulier, mais suggère aux électeurs d’élire des gens qui sont créatifs en mesure de travailler en équipe et de débattre sans imposer une idée ».

Seulement deux élections pour des postes de conseillers sont nécessaires.  Dans le district 3, Anne Jean, Bruno Savard et Jean-Sébastien Bergeron-Mailloux tentent de se faire élire. Dans le 6, Jean-François Maltais et Serge Godin sont sur les rangs.

Les conseillers Gilles Savard (1), Roland Martel (4) et Normand Tremblay (5) ont été réélus sans opposition.

Martin Lavoie (2) fait son entrée au conseil municipal. Il a été élu sans opposition. Parmi les priorités de Michel Couturier, l’habitation arrive en tête de liste. « C’est essentiel de pouvoir accueillir des familles dans une ère où le recrutement de travailleurs est un enjeu majeur. Je fonde aussi beaucoup d’espoir sur le pôle d’innovation et l’Espace Hubert-Reeves. Le transport collectif est un autre élément. Maintenant que nous avons des outils comme le quai de Pointe-au-Pic, on doit capitaliser sur eux », termine-t-il

Partager cet article