Les banques devraient financer le virage vert, croit Caroline Desbiens

Par Karine Dufour-Cauchon 12:37 PM - 09 septembre 2021
Temps de lecture :

Caroline Desbiens en conférence à Baie-Saint-Paul lundi, 24 août.

Ce sont les banques qui devraient financer le virage vert du pays, croit la formation politique du Bloc Québécois.

La candidate dans Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d’Orléans-Charlevoix Caroline Desbiens est d’accord pour «tordre le bras des banques» pour les «pousser à investir massivement dans la relance écologique, les énergies propres, les technologies vertes et l’efficacité énergétique», peut-on lire dans une missive envoyée aux médias.

S’ils sont élus à l’élection du 20 septembre, les bloquistes promettent de déposer un projet de loi pour obliger les banques «à être transparentes sur les sommes qu’elles ont placées dans les énergies fossiles».

«Depuis l’Accord de Paris de 2015, pendant que les Québécois se demandent ce qu’ils peuvent faire pour freiner les changements climatiques, les banques de Toronto ont investi 700 milliards $ dans les hydrocarbures. Leurs capitaux sont captifs de ce secteur en déclin, alors qu’il faut vite investir dans le virage vert pour ne pas rater la course mondiale à l’innovation. La finance doit se diversifier et contribuer à l’essor économique du Québec en redirigeant graduellement, méthodiquement, mais massivement ses investissements vers les secteurs à fort potentiel de relance écologique. Les contribuables n’ont pas à assumer seuls ce fardeau », a déclaré Mme Desbiens.

Le projet de loi visera à imposer de nouvelles règles climatiques aux institutions bancaires, comme cesser de financer l’exploitation des hydrocarbures.

Dans une autre missive aux médias, la députée sortante Caroline Desbiens défend encore son bilan des 22 derniers mois. Elle réitère que des «sommes records» ont été investies et des centaines de citoyens ont été aidés par son bureau.

Partager cet article