Situation inchangée pour Charlevoix tant que Québec ira mal

Par Karine Dufour-Cauchon 9:44 AM - 04 mai 2021
Temps de lecture :

Charlevoix connaîtra des assouplissements dans ses règles sanitaires seulement lorsque l’agglomération de Québec se portera mieux. Pas question de changer Charlevoix de zone si Québec demeure en «rouge foncé». Entrevue avec le Dr André Dontigny, directeur de la santé publique de la Capitale-Nationale.

Il y a maintenant un mois que Charlevoix a rebasculé en zone rouge. En date du lundi 3 mai, Québec aussi était toujours maintenu en zone «rouge foncé», avec des mesures sanitaires plus sévères. À quand un assouplissement?

Le docteur à la tête de la santé publique de la région rappelle d’abord qu’il doit gérer les situations de chaque territoire de la Capitale-Nationale. Il a affaire à de grands milieux densément peuplés, comme Québec, et à des milieux moins populeux, comme Charlevoix. La «zone rouge» de Charlevoix ne changera pas tant que Québec et ses alentours n’iront pas mieux, en termes de transmission du virus de la COVID-19.

Le Dr Dontigny réitère que les systèmes hospitaliers des deux secteurs sont intimement liés. «L’un ne va absolument pas sans l’autre», en prestation de soins comme en mesures sanitaires.
De toute façon, la recrudescence des cas dans Charlevoix ne joue pas en faveur d’un assouplissement. Toutefois, la Capitale-Nationale connaît un plateau de cas. «Tout ne va pas si mal», indique le directeur.

«Il y a recrudescence des cas dans Charlevoix. Il nous faudra être attentifs à la façon dont les choses évoluent dans les prochaines semaines. C’est directement un impact de la transmission communautaire de Québec. On en conclut que la majorité des cas [de Charlevoix] sont des variants. Ce que l’on espère, et ce sur quoi on travaille très fort, c’est à ce que les gens continuent de suivre les mesures et à faire des efforts»

Dr André Dontigny

Rappelons que le directeur de santé publique régional n’a pas un pouvoir décisionnel quant au palier d’alerte. Il a un pouvoir de recommandation auprès du ministre de la Santé et des Services sociaux et du premier ministre du Québec, réels décideurs des paliers d’alerte.


Une vie normale à l’automne?

Il est fort probable que la vie reprenne son cours normal, sans virus, cet automne. Il est du moins permis de le croire, selon Dr Dontigny, grâce au début de la campagne de vaccination massive pour toute la population.
En ce début mai, la réponse de la population est «excellente». Le retour à la normale pour cet été n’est pas certain.
Un été sous le signe de la prudence

«Si on conserve un volume de cas importants, ça rallonge nos échéances. Il faut être prudent. Pour avoir les bénéfices de la vaccination, il faudra attendre que tous aient reçu leurs deux doses de vaccin. Ça nous place donc à la fin août. L’automne sera donc intéressant», termine le directeur de santé publique.

Partager cet article