Le pire des trous noirs s’en vient, prévient le Mouvement Action Chômage

Par Karine Dufour-Cauchon 1:03 PM - 01 mai 2021
Temps de lecture :

La députée Caroline Desbiens s’est entretenue avec les représentants du MAC, venu pour se mobiliser devant ses bureaux.

Le Mouvement Action Chômage de Charlevoix met en garde le gouvernement fédéral : les travailleurs et les travailleurs bénéficiaires de chômage traverseront le pire des «trous noirs» de revenus dans l’année à venir.

Pour faire passer le message, l’organisme a organisé une mobilisation devant les bureaux de la députée Caroline Desbiens ce samedi, 1er mai.

«On revendique, encore et toujours, un changement au programme de l’assurance-emploi avec de vraies normes, pour toujours», déclare d’entrée de jeu Julie Brassard, directrice générale du MAC.

Les mesures d’urgence actuelles ne suffiront pas à passer l’hiver, craint-elle. «Il est temps que l’on mette en place des mesures permanentes qui vont faire vivre nos gens. Les mesures doivent englober tous les travailleurs», déclare la dg.

Elle cite en exemple les travailleurs à temps partiel, les travailleurs autonomes, qui avec la pandémie ont dû bénéficier de nouveau programme.

«Avec les mesures d’urgence qui se terminent en septembre, nos gens doivent faire 420 heures pour être éligibles à 14 semaines (de chômage). Est-ce qu’ils seront capables cet été de faire leurs 420 heures? J’en doute, c’est trois mois et demi à temps plein. S’ils les font, ils auront droit à seulement 14 semaines, ils n’iront pas loin. Il y aura un méga trou noir l’année prochaine, le pire trou noir que l’on n’aura jamais vu. Pour les travailleurs saisonniers, ca va jusqu’à 20 semaines, mais c’est insuffisant», déplore-t-elle.  

Le peu d’avancement dans le dossier de l’assurance emploi serait en partie causé par le lobby des employeurs, et d’un manque de volonté politique, relève Mme Brassard.

De son côté, la députée Caroline Desbiens assure qu’elle sera l’alliée numéro 1 du MAC, elle-même employeur de travailleurs saisonniers. Elle rappelle que le Bloc Québécois défendra bec et ongle un changement profond du programme de l’assurance-emploi.

«Qu’ils [le gouvernement] ne nous disent pas que c’est impossible. La pandémie nous a démontré une chose, c’est que c’est possible de changer le programme. De plus, la caisse d’assurance emploi s’autofinance, et était même en surplus avant la pandémie. Ce n’est pas vrai qu’on a pas l’argent, c’est la volonté que nous n’avons pas», a déclaré l’élue de Beauport-Côte-de-Beaupré-Ile-d’Orléans-Charlevoix.

Mme Brassard rappelle que des mesures de surveillance des chômeurs sont déjà en place chez Services Canada pour s’assurer qu’ils sont à la recherche d’emploi et qu’ils ne refusent pas d’opportunités.  MAC avance que près de 60% des personnes ne sont pas couvertes par le programme de l’assurance-chômage et se retrouvent en grande précarité économique lorsqu’elles perdent leur emploi.

Une dizaine de personnes sont venus solidariser avec la cause du Mouvement Action Chômage  de Charlevoix.  La Journée internationale des travailleuses et des travailleurs n’aura pas été de tout repos à La Malbaie. Le SFPQ aussi a organisé sa mobilisation. Plus de détails ici.

Partager cet article