Le maire des Éboulements Pierre Tremblay vise un 3e mandat

Par Emelie Bernier 9:52 PM - 06 avril 2021
Temps de lecture :

Le maire des Éboulements a encore la flamme. Il souhaite s’engager pour un autre mandat à la tête de sa municipalité où les projets sont « nombreux et stimulants ».

« J’y retourne pour un troisième mandat, si les citoyens veulent bien de moi », lance-t-il en riant. Il est le premier à manifester son intérêt pour le poste de maire à l’élection du 7 novembre. Il ignore s’il y aura une course à la mairie, mais pour sa part,  la motivation de servir ses concitoyens est toujours vive.

« J’ai encore la flamme, le feu communautaire! Il y a des beaux projets dans notre municipalité, des  beaux défis. Et les défis me poussent à me dépasser », indique-t-il.

Le conseil municipal actuel n’est pas étranger à son envie de rembarquer pour un autre tour. «J’ai regardé le travail qu’on a fait, avec les membres du conseil, dans les dernières 8 années et je suis fier de nous. Je pense qu’on a autour de la table une belle représentativité,  ce qu’il faut pour faire avancer les dossiers », ajoute Pierre Tremblay.

Celui des terminaux de la traverse L’Isle-aux-Coudres/Saint-Joseph-de-la-Rive, revenu dans l’actualité la semaine dernière, sera important. « Entre autres défis, il y a celui du quai. On en avait entendu parler, qu’il y aurait une étude sur la possibilité de le déménager à Baie-Saint-Paul, mais le scénario de Saint-Joseph-de-la-Rive demeure privilégié. Quoi qu’il en soit, je pense que je suis en mesure de donner le pouls de la population et d’avoir une vision, avec le conseil, à partager », indique le maire qui y voit «une opportunité». «Ça fait un moment qu’on parle d’une voie entre Saint-Joseph-de-la-Rive et Baie-Saint-Paul… Je vois la discussion à venir plus positive que négative.»

Le dossier de la Côte à Godin n’est pas réglé, mais le conseil veut être proactif. «On ne va pas attendre après les ministères. Le conseil municipal va prendre la décision. C’est un dossier qui chemine », indique le maire. La période de questions de la séance du conseil du 6 avril a d’ailleurs été largement teintée par ce dossier qui préoccupe plusieurs citoyens.

Le développement domiciliaire résidentiel dans le périmètre urbain est une des priorités du maire Tremblay qui vise une réélection. « On l’a un peu échappé il y a quelques années, en raison de problèmes avec certains milieux humides. Mais il y a un manque au chapitre du résidentiel et des logements abordables. Oui, il y a les développements de la Seigneurie et  du Domaine Charlevoix, mais on peut dire que c’est du haut de gamme, pas à la portée de tous », renchérit l’élu.

Le dossier du Camp Le Manoir, auquel il participe activement depuis le jour 1, est aussi important à ses yeux.

Trop tôt pour la préfecture

Le conseil des maires de la MRC de Charlevoix changera de composition de façon drastique en novembre alors que les Claudette Simard (mairesse de Saint-Urbain et préfète), Jean Fortin (maire de Baie-Saint-Paul) et Gérald Maltais (maire de Petite-Rivière-Saint-François) ont annoncé leur retrait de la scène politique. Pierre Tremblay, s’il demeure en poste, sera l’élu le plus expérimenté… et vraisemblablement le plus âgé à siéger à la table. Il ne s’avance pas quant à un éventuel intérêt pour la préfecture. « C’est  prématuré de parler de préfecture. Premièrement, il faut que je sois élu, on verra ensuite», lance-t-il en souriant.

Partager cet article