Les Éboulements «aura tout fait» pour rouvrir sa Côte à Godin

Par Karine Dufour-Cauchon 9:00 AM - 02 mars 2021
Temps de lecture :

Les Éboulements – Archives

Les Éboulements «aura tout fait» pour rouvrir sa Côte à Godin. C’est ce qu’avait à déclarer le maire Pierre Tremblay alors qu’il répondait aux inquiétudes des citoyens en séance municipale virtuelle lundi.

La Côte à Godin n’est pas accessible depuis un glissement de terrain survenu en avril 2019. L’élu a retracé toutes les démarches depuis cet événement avec la cinquantaine de contribuables présents par visioconférence.

Après maintes reprises, la municipalité a tenté d’être admissible à un programme de subvention pour sécuriser le sol des lieux.

Ce sont «des causes naturelles» qui ont engendré le glissement de terrain. Le dégel, l’accumulation d’eau dans le sol et la fragilité de celui-ci sont en cause.

Finalement, un autre site a été identifié comme à risque de glissements de terrain. Pour ce secteur, aucun devis d’ingénieurs n’a été produit encore pour éviter un sinistre.

La manifestation, le dernier recours?

La municipalité continue d’étudier ses options pour ce dossier, même si celles-ci commencent à s’épuiser.

Deux lettres de refus du gouvernement provincial ont été envoyées au cours des deux dernières années. Comme il s’agit d’une route secondaire, la municipalité n’a pas droit à une aide financière selon les critères d’un programme d’aide financière pour la sécurité publique.

Les travaux s’élèveraient à 1,8 million $. Le règlement d’emprunt à 100% à charge des citoyens est la dernière option.

Avant d’en arriver-là, Les Éboulements vont tenter de revoir leurs travaux à la baisse ou de se qualifier à d’autres programmes d’aide.

«Si vous voulez, allez manifester devant les bureaux de la députée, envoyer des lettres, je serai le premier avec vous. Moi, de mon côté, j’ai épuisé tout ce que je pouvais faire, du moins avec les démarches normales», indiquait Pierre Tremblay lundi soir.

La séance a duré 2h30. Les citoyens avaient aussi des questions quant au projet domiciliaire de la Seigneurie. Le déboisement causé par les travaux en question est «conforme aux plans d’aménagement» du secteur, a-t-il indiqué finalement.

Partager cet article