Ann-Renée Desbiens a hâte de rejouer un match

Par Lisianne Tremblay 8:00 AM - 03 janvier 2021
Temps de lecture :

La gardienne de buts de l’équipe canadienne, Ann-Renée Desbiens, a hâte de pouvoir jouer un match à nouveau.

La gardienne de but de l’équipe canadienne Ann-Renée Desbiens peut continuer à s’entraîner avec les joueuses de son équipe, mais elle a hâte de jouer un vrai match de hockey.

Originaire de Clermont, Ann Renée Desbiens a participé aux Jeux olympiques en 2018 à PyeongChang où elle avait gagné la médaille d’argent. « Nous pouvons nous entraîner au stade olympique, mais il n’y a pas eu de compétition internationale depuis le mois de février 2020, commente Ann-Renée. Nous devons porter le masque et désinfecter les pads après nos entraînements. Ce n’est pas évident de ne pas savoir à court terme ce qui se passera. »

Il pourrait y avoir un championnat mondial en avril pour le hockey féminin. Un championnat mondial de hockey a eu lieu durant le temps des Fêtes pour les juniors, donc cela devrait être aussi permis pour les équipes féminines, espère Mme Desbiens. Le public ne pouvait pas assister aux matchs.

Ann-Renée Desbiens en action. Courtoisie

D’autres possibilités sont envisagées, des équipes des États-Unis pourraient venir jouer durant trois semaines en Alberta. C’est toutefois la Santé publique de l’Alberta et des États-Unis, qui a le dernier mot. « Ce qui est très différent pour moi c’est de n’avoir rien de prévu les fins de semaine, poursuit la Charlevoisienne, qui habite à Montréal. Au début, je trouvais cela étrange. On apprend à vivre au jour le jour. Au moins, nous avons le droit d’être ensemble pour s’entraîner, c’est plus facile que de s’entraîner seule. Nous pouvons jouer dans d’autres provinces au Canada, mais elles ne peuvent pas toutes nous accueillir cela dépend des infrastructures. »

Son objectif est d’être la gardienne de but pour les prochains Jeux olympiques, mais jouer un match « serait déjà bon ». « J’ai pris un an de congé après les Jeux olympiques en 2018. Je ne m’attendais pas à avoir une autre année « sans jouer de match ». Ce n’était pas prévu, mais je n’ai pas eu le choix en raison de la pandémie. Nous sommes plusieurs dans la même situation donc nous sommes capables de demeurer motivés malgré tout », conclut l’athlète, qui souhaite participer à d’autres Jeux olympiques que ceux de Pékin.

Partager cet article