La Maison Lapointe sauvée de la démolition

Photo de Karine Dufour-Cauchon
Par Karine Dufour-Cauchon
La Maison Lapointe sauvée de la démolition
Des pancartes ont été apposées sur la maison Lapointe

Ce qui reste de la Maison Lapointe échappera à la pelle mécanique. La Société d’histoire de Charlevoix (SHC) devient propriétaire des lieux et va de l’avant avec son projet de centre d’interprétation de l’histoire des renommés Alexis le Trotteur et Alexis le Picoté.

Serge Gauthier, président de l’organisme à but non lucratif, soutient que la famille Lapointe a choisi de faire confiance» à la SHC.
«Ils souhaitent que la maison demeure. Ils ont eu plusieurs appels de l’assureur dans le dossier qui leur demandait quand est-ce que la démolition se ferait. La famille aurait eu l’occasion de tout démolir. Ils trouvaient dommage d’en arriver là», explique M. Gauthier. Le dossier des droits du CIUSSS sur le territoire a été réglé par l’entremise de la Société immobilière du Québec. «Ç’a été beaucoup de détails administratifs à régler. Il n’y aura personne pour nous obliger à démolir. Le bâtiment est sauvé. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons pris ces engagements », indique M. Gauthier.

Alors que les démarches suivaient leur cours, l’équipe de passionnés d’histoire régionale a fait douter quelques citoyens. Le projet «semblait impossible» et peu viable selon certains, rapporte-t-il.

«Si on prend le dossier de la Forge Riverin, on était encore plus proche de l’impossible et on a relevé le défi. C’est dommage qu’on doive pallier au fait qu’il n’y a pas d’organismes culturels dans le milieu, ou des municipalités qui s’intéressent à des investissements en patrimoine, avance M. Gauthier. Il reste qui si on désespérait de toute chose, on ne ferait jamais rien. Pour cette maison, on ne fait pas seulement y croire, il y a un potentiel là», indique-t-il en faisant référence au bâtiment construit des mains d’Alexis Tremblay, fondateur de la Société des vingt-et-un.

Dans un premier élan, un nettoyage aura lieu cet automne. La SHC espère y trouver des artefacts pouvant documenter la vie des Lapointe et des Tremblay. «Nous allons pouvoir récupérer des documents et des pièces d’archives qui ont été épargnées par le feu. On espère y trouver des photos, des meubles et des objets. Éventuel-lement, on s’en va vers un centre d’interprétation qui retracerait la vie de l’illustre famille Lapointe et Tremblay qui a vécu dans les lieux ces 150 dernières années», ajoute l’ethnologue de formation.

Les estimations sont maintenues à près de 200 000$ pour le projet de mise en valeur. Les collectes auprès des mécènes vont bon train, et l’OSBL entend déposer des demandes dans des programmes gouvernementaux.

La SHC termine en mentionnant «espérer aussi que le Ville de Clermont voudra s’impliquer». «On veut faire le plus de collaborations possibles avec tout le monde», indique M.Gauthier qui vise à ce que le projet de centre d’interprétation soit complété d’ici quatre ans.

La maison Lapointe a d’abord été la propriété d’Alexis Tremblay dit Picoté (1787-1859), fondateur de la Société des vingt-et-un, société ayant permis la colonisation du Saguenay au XIXe siècle.  La maison Lapointe a également été habitée par Alexis Lapointe dit le Trotteur (1860-1924), personnage légendaire ayant suscité nombre de publications, d’expositions et d’écrits au Québec.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires