Le Bootlegger reprend du service

Photo de Emelie Bernier
Par Emelie Bernier
Le Bootlegger reprend du service
L'ambiance survoltée est la signature de la Maison du Bootlegger.

La Maison du Bootlegger reprendra ses activités le 25 septembre, mais invite les Charlevoisiens à une soirée spéciale leur étant dédiée le 19 septembre.

«On fait ça à l’envers de tout le monde! », lance Johanne Brassard, propriétaire du Bootlegger. Après un été « déprimant », la tenancière et son équipe sont plus que prêts à accueillir les clients. «Là, on a assez hâte, on va s’évanouir, je pense! Le band est énervé, tout le monde est énervé! »

Différentes mesures sont mises en place afin que les clients retrouvent l’ambiance propre à l’établissement mythique du Ruisseau des frênes à La Malbaie, mais en toute sécurité. «On sait comment monter nos salles. Au lieu d’avoir du monde qui arrive et qu’on doive improviser, on a tout organisé d’avance. Les plus gros groupes seront en haut, les 4 et les 2 seront en bas dans la verrière. Quand la musique va commencer, on va ranger les chaises et les gens vont danser à leur place, on va faire des démarcations sur le plancher pour éviter que les groupes se mélangent. On a installé à grands frais des caméras et des écrans pour diffuser le spectacle dans la salle du bas, la verrière, parce qu’on ne pourra pas accueillir tout le monde en haut », cite-t-elle à titre d’exemple.

L’institution sera ouverte les vendredis et samedis à partir du 25 septembre et à la demande en semaine, pour les  groupes de 35 personnes et plus. « On aura moins de monde qu’avant et on va devoir refaire un plan de salle tous les soirs, mais c’est mieux que rien.  Tant qu’à perdre toutes nos réservations pour les partys de Noël, on a choisi de restreindre le nombre de personnes et de travailler différemment », indique Mme Brassard.

Le 19 septembre, Johanne Brassard invite les Charlevoisiens à venir vivre l’ambiance unique de son établissement.« C’est une soirée exceptionnelle, juste pour nos clients de Charlevoix avec un forfait à 50$ taxes incluses», conclut Mme Brassard, visiblement impatiente d’accueillir de nouveau les visiteurs au fameux «Club des Monts».

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des