(Vidéo)La géante de fer de Pointe-au-Pic prend forme

Photo de Karine Dufour-Cauchon
Par Karine Dufour-Cauchon
(Vidéo)La géante de fer de Pointe-au-Pic prend forme
Bénédicte Séguin, joaillière de profession, commence à forger les fleurs et les feuilles de fer qui orneront la géante structure.

Le collectif d’artistes composé de Bénédite Séguin, Marc Douesnard et Jimmy Perron, chemine dans son projet de commémoration «du beau» qui ressort de cette crise sanitaire.

Ils alternent leurs séances de travail entre l’atelier et le site d’exposition, situé à l’intersection boulevard de Comporté et Richelieu, à La Malbaie.

Bénédite Séguin, joaillière, témoigne que la population vient régulièrement mettre son grain de sel dans la création de la géante de fer, qui une fois achevée s’élèvera à 15 pieds. Le projet Libertatis attire les passants et les curieux à Pointe-au-Pic.

Marc Douesnard, forgeron, a installé un premier bras à la sculpture ce samedi 12 septembre.

«On avait un peu peur de voir comment on allait être installés pour travailler tout en étant en démonstration et amener la forge sur place. Nous avons très bien avancé! La première semaine, nous avons fait les jambes et une partie du torse. Les hanches sont complétées, nous sommes entrain de poser les bras. Créer le corps en barreaux pour représenter la prison, c’était la première étape. Nous avons forgé les branches, les feuilles, les fleurs qui vont s’intégrer à la sculpture un peu plus tard. Ces ornements représenteront la vie qui continue et qui sort des barreaux de la cage. Les marcheurs de La Malbaie, les touristes, les citoyens sont venus mettre la main à l’œuvre. Nous avons été aidés de jeunes aussi qui voulaient forger avec nous. Nous avons pu leur donner quelques cours sur le terrain», soutient-elle.

Le projet semblait avoir suscité plusieurs réactions auprès de la population lors de son annonce en août. Les citoyens ont-ils mieux compris les objectifs du projet? Selon Mme Séguin, la proposition de La Malbaie de financer un projet artistique en l’honneur de la résilience des Québécois par rapport à la crise a brusqué.  «Oui, les gens semblent avoir mieux compris le projet. C’est quelque chose de très positif que nous faisons, et qui est évolutif. Il y a beaucoup de projets comme celui-ci qui émergent pour créer des œuvres d’art en mémoire aux évènements. Peut-être avons-nous été les premiers à aller de l’avant avec un tel projet et ça a un peu brusqué les gens. C’était déjà un projet sur lequel on travaillait, mais les évènements ont créé cette occasion», rajoute la joaillière.

Le résultat final est toujours prévu pour octobre 2020.

Rappelons que la Ville de La Malbaie a lancé cet été un appel de projets afin de créer une «oeuvre monumentale» pour commémorer la crise sanitaire et rendre hommage aux efforts collectifs qui ont été déployés dans ces moments difficiles. L’enveloppe allouée au projet était de 30 000$.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des