Le chef du Bloc Québécois attentif à la cause de L’Aéroport de Charlevoix

Photo de Karine Dufour-Cauchon
Par Karine Dufour-Cauchon
Le chef du Bloc Québécois attentif à la cause de L’Aéroport de Charlevoix
Caroline Desbiens, députée, Yves-François Blanchet, chef, Michel Couturier, maire de La Malbaie

La tournée estivale du chef du Bloc Québécois Yves-François Blanchet s’est arrêtée à La Malbaie cet avant-midi pour y rencontrer l’élu de l’endroit, Michel Couturier.

Ce dernier entend avoir plaidé en faveur du développement de l’Aéroport de Charlevoix, qui vise à accueillir de plus en plus de gros appareils dans la région.

Le chef de la formation politique bloquiste soutient qu’il défendra la cause des Aéroports régionaux lors de son retour à Ottawa. Il accorde que le gouvernement fédéral ne fait pas preuve de souplesse et luttera pour une reconnaissance de la diversité de vocation existante dans les différents aéroports de la province.

Selon M. Blanchet, une partie de la solution serait de transférer une partie des fonds auxquels a eu droit le géant de l’aviation AirCanada, « terrible partenaire » des plus petits aéroports en région.

« Il y a un enjeu d’utilisation pour des lignes régionales. Air Canada est un épouvantable partenaire des régions du Québec. Heureusement, les municipalités, les chambres de commerce et le gouvernement du Québec sont en faveur d’une solution québécoise, Avec le soutien du fédéral en raison de sa juridiction sur les aéroports, le gouvernement devrait rediriger l’argent envoyé en support à AirCanada et le rediriger vers les aéroports régionaux et les initiatives québécoises. Il faut qu’il autorise également les nouvelles routes que cela va créer rapidement », a-t-il estimé lors d’un moment accordé aux médias cet avant-midi.

M. Blanchet en a profité pour parler à quelques visiteurs venus passer du bon temps sur le quai Casgrain à La Malbaie.

Le premier pas serait toutefois de « respecter les modèles d’affaires » qui diffèrent d’une région à une autre. « Pour Ottawa, le Québec au complet est une région. La réalité de Charlevoix, ce n’est pas la réalité de Sherbrooke, de Rouyn-Noranda. Il faut respecter ces diversités-là. On se positionne du côté des régions qui ont des aéroports régionaux. Le gouvernement doit être plus souple et accepter la diversité d’aéroports régionaux qui existent, qui servent tantôt des vocations récréatives ou de développement économique », a-t-il soutenu ensuite.

En plus d’avoir défendu la cause du développement aérien régional, le maire de La Malbaie en a profité pour aborder la question du transport en général, élément crucial pour déployer les visiteurs dans la populaire destination qu’est Charlevoix.

« C’est toujours agréable de recevoir nos chefs et nos politiciens à La Malbaie. Le transport est un sujet sur la table avec M. Blanchet. C’est un sujet qui m’intéresse beaucoup, car plusieurs développements futurs de Charlevoix sont à prévoir avec les clientèles touristiques qu’il faudra déployer sur le territoire. À la MRC de Charlevoix-Est, on veut agrandir la piste, recevoir des avions de plus gros gabarits. Ensuite, il faut les déployer sur notre territoire. Il y a déjà des projets qui avancent avec l’aéroport international de Mont-Tremblant Macasa qui développe des circuits touristiques. Une fois sur le territoire, ce n’est pas simple d’aller découvrir nos parcs nationaux, notre station de ski du Mont Grand Fonds. Tous nos attraits sont sur un territoire étendu », a rappelé M. Couturier.

Le maire tenait au passage à glisser un mot au chef sur le transport maritime et la diversification de l’économie régionale, qui concentre ses activités en tourisme en bonne partie.

Aux côtés de la députée Caroline Desbiens, M. Blanchet a visité l’Agence pour vivre chez soi et la Distillerie – Microbrasserie Menaud, et devrait être présent ce soir sur la rue Saint-Jean-Baptiste de Baie-Saint-Paul.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des