L’auberge de jeunesse de La Malbaie doit faire face à plusieurs contraintes

Photo de Lisianne Tremblay
Par Lisianne Tremblay
L’auberge de jeunesse de La Malbaie doit faire face à plusieurs contraintes
L'auberge jeunesse de La Malbaie accueille ses clients dans son resto à l'extérieur. (Photo : Page Facebook)

Même si David Huot, propriétaire de l’Auberge jeunesse de La Malbaie peut rouvrir, les nombreuses restrictions concernant le bar demeurent un compromis pour un lieu qui est reconnu pour son dynamisme.

Depuis une semaine, l’auberge tient un resto-pub à l’extérieur. L’équipe sert des pizzas cuites dans son four au bois, hot dog 100% charlevoisien, bières en fut, vin et bière en bouteilles.

« Notre offre se diversifiera au courant de l’été, a expliqué David Huot. Je n’ai pas encore pris ma décision si j’ouvrais rapidement à l’intérieur ou si j’attendais que les mesures se desserrent un peu. Je me demande si notre visiteur y trouvera son compte. Le compromis pour nous est énorme. »

Aussi la mesure de distanciation de deux mètres fera perdre 50% de sa capacité dans le bar. Il ne peut pas y avoir de concert, ni de danse. Les personnes ne peuvent pas non plus se tenir debout autour du bar.

«Tous nos évènements, concerts, ligues diverses, soirées spéciales sont impossibles, a poursuivi M. Huot. On doit se contenter de servir et c’est tout. Ce sera très dur pour nous qui sommes habitués d’avoir un lien étroit avec notre clientèle, un lieu dynamique, d’échanges, de partys. »

En ce qui concerne l’hébergement, les consignes sanitaires « rentrent au compte-gouttes». « On sait déjà qu’on sera extrêmement limité dans nos dortoirs et que la cuisine communautaire ne pourra pas être utilisée au départ », a noté M. Huot qui est habitué d’accueillir une clientèle internationale. Ce qui ne sera pas possible cet été.

L’auberge doit aussi se trouver un nouveau gérant au bar. « Cyril a profité de la pause pour réorienter sa carrière, a souligné le propriétaire. Ça va bien pour nous malgré tout. Mon équipe de restauration ne sera plus la même lors de la réouverture. C’est la réalité de la profession. »

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des