Banques alimentaires : les besoins demeurent importants dans Charlevoix

Photo de Lisianne Tremblay
Par Lisianne Tremblay
Banques alimentaires : les besoins demeurent importants dans Charlevoix
Voici un exemple de denrées dont les banques alimentaires ont souvent besoin.

Même si de nombreux Charlevoisiens ont repris le travail depuis quelques semaines, les demandes sont plus importantes que l’an passé au centre communautaire Pro-Santé et au Service d’aide budgétaire de Charlevoix-Est (SACC).

À la Malbaie, le SACC remet près d’une trentaine de paniers d’aliments par semaine. « Nous avons vécu des montagnes russes depuis le début de la pandémie en mars, a noté la directrice générale Lucie Carré. Les gens se sont beaucoup fiés à la PCU (Prestation canadienne d’urgence) et à leur retour d’impôts. Certains ont repris le travail plus tardivement que d’autres. Nous faisons plus de paniers si nous comparons à pareille date l’an dernier. Nous anticipons aussi une hausse en septembre. »

L’organisme communautaire a d’ailleurs pu compter sur la collaboration des trois épiceries de la région, qui ont permis de bonifier les paniers par des cartes-cadeaux. En temps normal, les épiceries donnaient les produits invendus au SACC. Elles ne le faisaient plus parce qu’elles avaient augmenté leur volume de ventes étant donné que les gens cuisinaient davantage.

Moisson-Québec et la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Émilie Foster ont aussi contribué pour la banque alimentaire du SACC. « Le IGA de Clermont a décidé de repartir la guignolée en demandant des denrées aux gens. Des personnes ont eu l’initiative d’apporter des denrées. Il y a eu beaucoup de gestes de solidarité malgré la pandémie «, a noté Mme Carré.

Au centre communautaire Pro-Santé, la directrice Annie Bouchard a également constaté une augmentation par rapport à l’an dernier. « En mars et en avril, nous avions une hausse de 65 %. Nous avons eu une baisse lors de la reprise économique. On constate que les gens ont des besoins à l’année. Dans le cas d’une deuxième vague, on s’attend à avoir d’autres augmentations en septembre. »

La communauté de Charlevoix-ouest s’est montrée généreuse envers l’organisme. La collecte des canettes et des bouteilles vides, qui a récemment eu lieu au Super C, a d’ailleurs permis de recueillir 3 700 $. Les paniers fermiers offerts par la Table agrotouristique de Charlevoix, remettront un montant à l’organisme, qui a également été aidé par des restaurateurs. Les dons en argent sont acceptés et serviront à acheter des denrées alimentaires et ce, pour les deux organismes.

Projet des collations

Quant aux collations, elles ont été remises aux élèves des écoles de Charlevoix-Est depuis le retour en classes. « C’était un non-sens pour moi de les arrêter, a noté Lucie Carré. Nous avons modifié nos méthodes. Nous avons pu compter sur une équipe d’employés du Casino de Charlevoix, qui préparaient les collations pour toute la semaine pour les enfants. Nous n’avions qu’à les ajouter dans des sacs. J’espère que ce projet, qui est financé à 100 %,  se poursuivra à l’automne. »

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des