Repère  Boréal freiné dans son élan par la COVID-19

Photo de Emelie Bernier
Par Emelie Bernier
Repère  Boréal freiné dans son élan par la COVID-19
Marie-Claude Laurendeau-Desmarais, Jonathan et Simon Galarneau.

La COVID-19 a mis un sérieux frein à tout ce qui évolue au sein de l’écosystème touristique, dont l’entreprise Repère Boréal qui, à sa 4e année d’opération, était en plein essor.

«Normalement à pareille date, on était au Mexique en train d’explorer le territoire mexicain, autant pour faire venir des touristes mexicains ici que pour développer un projet là-bas », indique Simon Galarneau, copropriétaire.

Outre cette mission de repérage et de développement, Repère Boréal devait lancer un nouveau concept d’habitation haut perchée, le UHU. «On commençait à être vraiment solides et sûrs de nous, capables de prendre un peu plus de risques. On « steppait la game » en construisant des cabanes à 30 pieds dans les airs… On avait une certaine sécurité et on assurait notre croissance avec notre taux d’occupation, mais là, tout est arrêté et on ne sait pas jusqu’à quand. Ça complexifie énormément la planification, disons », indique M. Galarneau.

Les propriétaires de Repère Boréal ont une seconde entreprise, Légion Production. « Légion Production a deux champs d’activités, soit la direction technique dans l’événementiel à l’international et la construction de micro habitations et de mobilier pour Repère Boréal. L’événementiel sera difficile cet été, on le sait. Et côté construction, oui, on a pu rouvrir notre atelier lundi, mais on y construit du mobilier et des habitations pour Repère boréal, notre principal client, qui est en arrêt pour une période indéterminée. Il va falloir se renouveler, faire de nouveaux produits, trouver de nouveaux intrants financiers… », conclut Simon Galarneau.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Anne Jean
Anne Jean
5 mois

Nous sommes pas mal tous dans cette situation. On ronge notre frein sur le développement et rien n’est facile pour personne. Plusieurs années à reprendre le temps perdu et surtout la rentabilité.

Camil Bouchard
Camil Bouchard
5 mois

Marie-Claude, Jonathan et Simon, tout aussi inspirants durant qu’avant cette crise. Du beau monde.