La direction de la Commission scolaire perd  « un conseil engagé »

Photo de Emelie Bernier
Par Emelie Bernier
La direction de la Commission scolaire perd  « un conseil engagé »

 

Martine Vallée, directrice générale de la Commission scolaire, savait à quoi s’en tenir, mais elle déplore la manière choisie pour le sabordage d’une gouvernance scolaire « qui avait fait ses preuves », selon elle.

«On connaissait la position, ce n’est pas une grande surprise, mais le retrait des élus dès l’adoption, c’est sûr que c’est très rapide et un peu cavalier», indique-t-elle.
Lundi matin, Mme Vallée était encore sous le choc de l’annonce, mais entendait faire ses devoirs pour bien saisir les tenants et aboutissants du projet de loi sanctionné. «Il y a eu beaucoup d’amendements et notre priorité est de consolider la compréhension de la version finale pour pouvoir se dédier à la mise en place de la prochaine gouvernance qui doit prendre place avant l’été», résume celle qui tient à saluer le travail des élus déchus.   « Nous avions un groupe d’élus dédiés, passionnés et engagés, des gens, dont certains avaient plus de 20 ans d’expérience, qui avaient l’éducation tatouée sur le cœur et que j’aimais beaucoup. Leur vision était très appréciée », avance-t-elle.

Lundi, le conseil des commissaires prévu mardi a été annulé. « Ils ont perdu leur habileté à siéger », résume Mme Vallée. Le conseil des commissaires maintient toutefois un rôle conseil jusqu’au 30 juin pour faciliter la transition.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des