Territoire non organisé du lac Pikauba – une approche poétique: poème terrien

Photo de Emelie Bernier
Par Emelie Bernier
Territoire non organisé du lac Pikauba – une approche poétique: poème terrien
Vanessa Locatelli et Patricia Aubé.

 

Si de Baie-Saint-Paul, leur terre d’accueil, elles admirent chaque jour le si photogénique fleuve Saint-Laurent, les artistes Vanessa Locatelli et Patricia Aubé ont un penchant pour l’autre Charlevoix, celui des forêts de conifères et des étendues vierges. À travers leurs livres, elles témoignent de leur affection pour ce Charlevoix méconnu de l’arrière-pays, perforé de lacs et sillonné des rivières, peuplé de rares caribous et portant la mémoire des coureurs des bois et des draveurs.

Du printemps à l’automne 2017, Vanessa Locatelli et Patricia Aubé ont arpenté de long en large l’arrière-pays charlevoisien. À pied, en canot, la tente accrochée au sac à dos, elles ont vécu l’étendue sauvage de l’intérieur, les yeux grands ouverts et plus souvent qu’autrement, le carnet de croquis à la main.  De leurs déambulations « quasi obsessives » est né le livre Territoire non organisé du lac Pikauba – une approche poétique, un ouvrage à quatre mains d’une grande beauté.

« On est en amour avec le territoire. Toutes les deux, on adore la randonnée et le dessin et c’est un projet qui nous a permis d’y aller à fond », résume Patricia Aubé. Leur livre est tout, sauf un guide.  « C’est un objet poétique pour donner le goût aux gens d’aller explorer les vastes étendues sauvages au nord de Charlevoix.  Il n’y a pas de photo, que des dessins, des croquis et la poésie de Marilyne Busque-Dubois », poursuit Mme Aubé qui agit à titre de conservatrice au Musée d’art contemporain quand elle ne bat pas la forêt.

 

Le livre a été construit en suivant les kilomètres de la route 381, repères géographiques qui permettent d’en diviser la matière. Des fragments d’une carte topographique datant d’avant 1930 et appartenant au pionnier Eudore Fortin, père de la Traversée de Charlevoix, sont semés ici et là. « La carte date d’avant la création du parc des Grands Jardins », explique Vanessa Locatelli. La mise en page du livre est signée Carol-Anne Pedneault, une artiste insulaire qui a su mettre en lumière l’âme de l’arrière-pays et traduire la déclaration d’amour du duo Locatelli-Aubé à celui-ci.

Le livre Territoire non organisé du lac Pikauba – une approche poétique a été imprimé à 150 exemplaires et on peut se le procurer à l’Hôtel Le Germain, à La Fabrique de L’Isle à L’Isle-aux-Coudres, à la Coop L’Affluent du Domaine à Ligori.

Le territoire dessiné aux enfants

Le premier essai du duo Locatelli-Aubé sera bientôt suivi d’un second, destiné aux enfants celui-là, et à paraître en 2020. Cette fois, Karine Locatelli sera aussi de la partie. Le projet mettra en valeur la forêt habitée du Massif et se traduira non seulement par un livre, mais aussi par une exposition immersive à la bibliothèque René-Richard. Les trois artistes, inspirées par la flore et la faune foisonnantes de cette forêt enchantée, créeront des illustrations ludiques qui nourriront l’imaginaire des tout-petits.   On y croisera peut-être un écureuil titillé par le parfum du sirop d’érable ou un ourson se régalant des mêmes baies qui font le bonheur des petits randonneurs?

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des