Cuisine, Cinéma et Confidences: la satiété selon Christian Bégin

Photo de Emelie Bernier
Par Emelie Bernier
Cuisine, Cinéma et Confidences: la satiété selon Christian Bégin
Comme tout au long du festival, Christian Bégin était tout sourire lors du BBQ à Maison Mère. (Photo : Louis Laliberté)

 

Le «porte-parole à vie» du festival,  Christian Bégin, a une fois de plus prouvé qu’il est un marathonien de la fête. « Il y a le festival, et le off festival… » lançait-il en fin de parcours dimanche,  écroulé au fond de son lit. Plus sérieusement, il se réjouit de voir l’erre d’aller de l’événement. « Il s’organise de mieux en mieux. Oui, il y a des choses à huiler, mais je regardais la mine de festivaliers et tout le monde est content », résume-t-il.

Parmi les bons coups de cette 3e édition, il note l’amélioration considérable des conditions de projections. «J’étais un peu gêné de la qualité des projections l’an dernier, mais ils ont réglé ce problème. On a eu droit à des visionnements dans des conditions optimales », dit celui qui a particulièrement apprécié le documentaire Steakhouse, sur le chef Hugue Dufour.

Hugue Dufour, ses parents et sa conjointe et partenaire d’affaires, Sarah Obraitis.

« Hugues était là, sa famille était là, tout le monde était hyper ému.  Il était touché de prendre la mesure de ce qu’il a vécu! » L’accord mets-film de la soirée d’ouverture, autour du ramen, l’a séduit. « Tout était tellement bien lié, c’est vraiment une expérience formidable! Il y a vraiment quelque chose d’unique là dedans », résume-t-il.

Les convives se sont littéralement gavés au brunch littéraire à Maison Mère. Photo Louis Laliberté

La rumeur laisse entendre que la 4e édition du festival pourrait fleurer bon l’Italie, une suggestion de Liza Frulla, elle-même originaire de la fameuse botte.  Curieux Bégin sera bien évidemment de la partie! « Tant qu’on voudra de moi, je serai là! Et j’aimerais faire une micro édition du festival au Kamouraska, où j’ai mes attaches. C’est un modèle qui peut être intéressant partout en région selon moi! J’ai toujours dit : les événements comme ça sont des gestes de résistance! Dans un monde où tout s’édulcore et perd sons sens,  à partir du moment où tu as mis une face sur une carotte, tu ne peux plus être indifférent!»

Le coutelier Dave Fortin

Un coup de cœur?

« Je suis allé à l’atelier du coutelier Dave, Fortin et je me suis acheté un couteeau…Il est passionné, passionnant! J’ai appris plein de choses. C’est un bon artisan du ch…t qui fait des couteaux de fou et un pédagogue allumé! »

La meilleure bouchée?

« Définitivement le poulet frit de Hugue Dufour, j’en aurais mangé jusqu’à demain … mais l’entrée chaude du samedi du chef Yvan Lebrun était écoeurante! »

Liza Frulla encadrée de ses collègues de l’ITHQ, les chefs Jonathan Lapierre-Réhayem et Jean-Philippe Monette.

Un bon coup du festival 3.0?

« Liza Frulla et la super associaiton avec l’ITHQ! Tout le renouveau de la gastronomie au Québec, c’est parti d’une bombe : l’expo 67. Et l’incubateur de ça a été l’ITHQ. C’est un partenariat qui va de soi! »

Christian Bégin et Chrystine Brouillet

Le mot de la fin?

« Je sors de là content, fatigué… Les gens de la restauration, ce sont des excessifs! Je me suis fait des amis, ça me replogue sur le genre de communauté que j’ai l’autre côté du fleuve…À l’an prochain! »

 

 

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des