Santé: toute la nourriture achetée à Québec

Par Lisianne Tremblay 9:39 AM - 07 novembre 2019
Temps de lecture :

La RAC Racine est située à côté de l’Hôpital de Baie-Saint-Paul.

Depuis le 25 octobre, la nourriture des 70 clients des Résidences avec assistance continue n’est plus achetée dans Charlevoix.

Auparavant, un employé effectuait les achats pour les différents menus auprès des marchés d’alimentation de Baie-Saint-Paul. Le déploiement du projet de services alimentaires a commencé le 25 octobre et se poursuivra jusqu’au 20 novembre.

Les six Résidences avec assistance continue (RAC) sont situées à Baie-Saint-Paul, Petite-Rivière-Saint-François et dans le secteur Saint-Placide. «Il y a eu plusieurs rencontres avec les employés et les familles des usagers qui sont bien au fait de cette décision », a expliqué Richard Thiboutot, adjoint à la direction, déficience intellectuelle, trouble du spectre de l’autisme et déficiences physiques du Centre intégré universitaire de Santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale.

« Nous avons fait un premier déploiement avec les résidences de la région de Québec, a ajouté M. Thiboutot. Chacune des résidences a une date précise et nous assurons un suivi. »

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale a investi 400 000 $ dans ce projet. Les repas seront cuisinés au centre de production alimentaire situé dans l’Hôpital de Baie-Saint-Paul. Les aliments conserveront leur fraîcheur grâce à une étape de rethermalisation, indique l’organisation.

Gilles Lévesque, représentant syndical de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), indique qu’ils ont « subi cette décision administrative ». « Nous savons que cela représente une perte pour la région, mais c’est difficile à chiffrer. Il y a entre 60 et 72 clients au total dans les RAC. Si cette décision entraînait des pertes d’emploi, ce serait différent. Le but de l’employeur est d’uniformiser mur à mur afin que tous les établissements de Portneuf à Saint-Siméon servent le même menu. »

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale souhaite en effet accomplir plusieurs objectifs avec ce projet, dont l’augmentation du temps de présence auprès des résidents. Aussi, un plan nutritionnel a été conçu pour chacun des usagers.

Sécurité alimentaire

La sécurité alimentaire est aussi un élément important à considérer. « Nous voulons aussi proposer une offre alimentaire de qualité et surtout une sécurité alimentaire, a poursuivi M. Thiboutot. Nous avons près de 40 % de la clientèle, qui présente des troubles métaboliques et du diabète. Certains résidents ont aussi besoin de manger une nourriture avec une texture particulière. »

Étant donné que l’auxiliaire en santé et services sociaux n’aura plus à cuisiner pour les usagers, il viendra en support aux autres employés pour assurer les soins à la clientèle. Aussi, les usagers seront désormais suivis par une technicienne en diététique, ce qui est un avantage, selon M. Lévesque.

Elle s’assurera que tout fonctionne bien pour les opérations entre la RAC et les commandes qui seront effectuées auprès des sites producteurs du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Les employés auront un budget pour l’épicerie lors d’occasions spéciales et pour le renforcement positif, selon M. Thiboutot, qui est d’accord avec une certaine flexibilité.

« Nous avons fait des appels d’offres et tout le monde pouvait envoyer des soumissions, a soutenu M. Thiboutot sur l’effet de leur décision sur l’économie locale. Nous faisons affaire avec un transporteur de la région de Charlevoix. Le pain et le lait sont aussi distribués par une entreprise charlevoisienne. »

Le Charlevoisien a communiqué avec les marchés d’alimentation, mais ils n’ont pas souhaité commenter cette décision.

Partager cet article