Voyager la nuit avec Humberto Pinochet

Photo de Emelie Bernier
Par Emelie Bernier
Voyager la nuit avec Humberto Pinochet

 

L’exposition Voyage dans l’art « La nuit » est un florilège de tableaux nocturnes et néanmoins fort lumineux que présente l’artiste peintre Humberto Pinochet à la salle Pierre-Perrault de la Bibliothèque René-Richard jusqu’au 13 octobre.

Humberto Pinochet est né au Chili avant d’atterrir au Québec. Nomade dans l’âme, l’homme a visité plus d’une vingtaine de pays en quarante ans, des voyages qui ont nourri son imaginaire et son art. «J’utilise tous les moyens possibles pour garder ma mémoire fraîche afin de pouvoir restituer les choses que j’ai vues en voyage. Il y a de tout. Des tableaux qui ont été peints in situ, directement sur le lieu, d’autres qui viennent de croquis que j’ai faits dans des calepins.  Il y en a qui sont des compositions à partir de souvenirs, d’autres qui ont été faits à partir de photographies», explique l’artiste qui prend plaisir à manier la lumière.

25 tableaux produits au courant de la dernière décennie habillent les murs de la petite salle Pierre-Perrault, des peintures, bien sûr, mais aussi des gravures digitales, un dada de l’artiste. « C’est comme si le iPad était une plaque de cuivre sur laquelle on grave nos images avec un crayon digital qui a des caractères multiples», résume-t-il.

Des images d’Espagne, de France, d’Italie, de Montréal, des États-Unis, du Chili, de Hanoi, des Iles-de-la- Madeleine sont présentées, un « parcours nocturne du monde », selon l’expression de l’artiste.

« C’est une vision particulière avec des éclairages particuliers, des environnements d’architecture, des personnages… Le fait de présenter des images de nuit a permis de mettre un filtre pour faire une sélection. Il y a une bonne densité pour un espace qui est relativement petit», avance Humberto Pinochet qui sera régulièrement sur place pour accueillir les visiteurs.

«En tant qu’acteur du milieu culturel, j’aime garder une fenêtre ouverte sur les gens qui vivent dans ma ville. C’est ma contribution au milieu ! », conclut-il.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des