Le poumon de la Forge Riverin est de retour au bercail

Photo de Karine Dufour-Cauchon
Par Karine Dufour-Cauchon
Le poumon de la Forge Riverin est de retour au bercail
Sylvain Gendreau, DG musée de Charlevoix, Claude Harvey, conseiller du district 03 à La Malbaie, Christian Harvey et Serge Gauthier de la SDC et Marilie Lapointe du Musée de Charlevoix.

Le lancement officiel du « poumon de la Forge Riverin » s’est fait ce matin, le 30 juillet, à la grande fierté du président de la Société d’histoire de Charlevoix, Serge Gauthier.

Sylvain Gendreau, aux côtés du socle protégeant la fameuse pièce de collection.

« C’est vraiment le souffle de la forge qui est revenu au bercail. C’est le soufflet d’origine qui a servi à M.Riverin il y a 150 ans », explique l’historien M. Gauthier.

« Le soufflet doit demeurer dans son socle scellé pour éviter la contamination avec les bactéries qu’il peut encore contenir. Les conservateurs nous ont proposé de ne pas l’ouvrir pour ne pas l’endommager le cuir. Il n’y a pas de grand danger, mais nous le faisons pour mieux le préserver et prévenir. Depuis septembre que nous travaillons à ce retour », explique le directeur général, fier de collaborer avec la SHC.

Datant du XIXe siècle, il a été restauré en 2009 par le Centre de conservation du Québec. En plus des 900 outils d’époque à voir et un témoignage exclusif de l’ancien premier ministre Jean Chrétien, la forge offre des expositions pour les amateurs de culture et d’histoire régionale.

Le soufflet est en exposition jusqu’à la fin de l’été. Les lieux sont ouvert au public et les expositions sont offertes à contribution volontaire.

 

Partager cet article

2
Laissez un commentaire

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Karine Dufour-Cauchonserge gauthier Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
serge gauthier
Guest
serge gauthier

Dommage que cet excellent texte ne soit jamais paru dans le format papier. Vraiment dommage!