Des stratégies adaptées localement pour la sauvegarde du caribou

Par Gilles Fiset 5:17 PM - 03 juin 2019
Temps de lecture :

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour (à gauche) accompagné du directeur général des mandats stratégiques et responsable du dossier du caribou, Francis Forcier.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, était de passage au Manoir Richelieu aujourd’hui pour s’entretenir avec différents acteurs dans le milieu de vie du caribou à savoir l’industrie, les groupes environnementaux et les utilisateurs. L’objectif étant de palper le pouls des intervenants pour en arriver à une stratégie d’intervention pour sauver l’espèce.

Le ministre assure que chaque région aura une solution adaptée à ses réalités. « Il n’y aura pas une stratégie mur à mur », a-t-il affirmé en conférence de presse, sans toutefois donner plus d’explications. Pierre Dufour était confiant après sa rencontre avec les acteurs du milieu. « Si on vient qu’à travailler ensemble, on va être en mesure de donner un coup de main à nos différentes hardes de caribous », a-t-il énoncé.

Il faut savoir que de 126 têtes lors de sa réintroduction de l’espèce dans le parc des Grands Jardins, il n’en resterait qu’une soixantaine. Un triste constat délivré par le ministre aux médias en conférence de presse.
La harde de Charlevoix fait partie de celles qui sont les plus en danger au Québec. Elle se retrouve dans un sous-groupe de hardes isolées avec celle de Val-d’Or et de quelques autres hardes montagnardes. Cette isolation rendrait les interventions plus difficiles.

Jusqu’à maintenant, la prédation excessive et la présence de chemins forestiers sont deux des options envisagées pour expliquer le phénomène de diminution drastique du nombre de caribous. Rien n’est écarté cependant et le ministre assure que les recherches continueront durant la période d’élaboration de la stratégie de préservation pour comprendre davantage ce qui peut empêcher le caribou de croître et de se multiplier dans Charlevoix comme dans d’autres régions.

Partager cet article