Radiologie : Michel Delamarre assure que le service sera donné dans les deux hôpitaux

Photo de Lisianne Tremblay
Par Lisianne Tremblay
Radiologie : Michel Delamarre assure que le service sera donné dans les deux hôpitaux
Le PDG du CIUSSS de la Capitale-Nationale (à gauche). Michel Delamarre a soutenu que la radiologie est indispensable dans Charlevoix. Sur cette photo, il est accompagné du Dr Pierre Laliberté. (Photo : Archives G. Fiset)

En entrevue, le président directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale, Michel Delamarre, a assuré que le service de radiologie sera desservi à l’Hôpital de Baie-Saint-Paul et à l’Hôpital de La Malbaie.

«Plusieurs scénarios seront présentés lors de notre rencontre mardi, a souligné M. Delamarre. La dynamique de la radiologie fait en sorte que les solutions sont complexes. Nous avons une obligation d’assurer la radiologie à Baie-Saint-Paul et à La Malbaie, mais n’avons pas de radiologues dans notre CIUSSS. Les postes réseaux nous permettent de confier à un groupe plus gros, deux postes pour assurer les responsabilités d’un autre établissement qui n’a pas le volume d’activité pour le faire. Nous avions deux postes réseaux pour desservir Charlevoix. Pour toutes sortes de raisons, ils ont mis fin à l’entente et ils nous redonnent nos postes réseaux. Nous avons nos postes réseaux sauf que cela ne sera pas pérenne dans le temps. »

«Donc, nous devons nous rasseoir avec l’IUCPQ et le CHU de Québec qui sont nos partenaires régionaux et qui ont de grosses équipes de radiologistes. Ensemble nous tenterons de trouver une façon d’assurer les services pour les 10-20 et même 100 prochaines années. Même si je recrutais deux radiologistes, je dois m’assurer que les deux partenaires pourront nous aider à combler les périodes de garde et d’absence. Nous voulons préserver un temps de présence, qui permet de répondre aux besoins, mais le premier enjeu est d’assurer la garde 24/7. »

Même s’il a essuyé les critiques à plusieurs reprises dans les dernières semaines, Michel Delamarre indique qu’« il travaille dans le même sens que la communauté ». « Je suis ici pour que la population ait accès à des soins et des services de santé sécuritaires et de qualité. Pour ce faire, je travaille avec les équipes en place, les élus et avec des acteurs socio-économiques. Je fais aussi des visites de proximité dans les deux hôpitaux afin de voir comment cela se passe. »

Concernant la pénurie de main-d’œuvre, M. Delamarre demeure optimiste. « Notre première cohorte sera comblée pour le programme DUAL destiné aux préposées aux bénéficiaires. Ce sera une première fois que nous réussissons à combler une cohorte de 25 personnes. Aussi, nous aurons 18 infirmières françaises qui arriveront à partir de l’automne. Nous mettons de l’énergie pour qu’elles viennent travailler dans Charlevoix, ce qui est un levier intéressant pour la région. Une dizaine d’entre elles ont démontré un intérêt. Nous savons aussi que le programme de soins infirmiers pourra reprendre dès cet automne au CECC avec une cohorte intéressante. De plus, nous effectuons des missions à l’international au cours des prochaines semaines. Nous mettons les bouchées doubles actuellement pour le recrutement autant pour le recrutement à Québec que pour Charlevoix. »

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des