La Commission scolaire de Charlevoix souhaite rencontrer le ministre Roberge

Photo de Emelie Bernier
Par Emelie Bernier
La Commission scolaire de Charlevoix souhaite rencontrer le ministre Roberge
Le président de La Commission scolaire, Pierre Girard. (Photo : Archives E. Bernier)

Pierre Girard, président de la Commission scolaire de Charlevoix (CSDC), a sollicité officiellement auprès de la députée Emilie Foster une rencontre avec le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur Jean-François Roberge afin de discuter des bons coups et des difficultés que rencontre l’organisation scolaire qu’il préside. Le ministre s’est engagé à instaurer une loi qui  transformera  les commissions scolaires québécoises au plus tard d’ici novembre 2020, mais Pierre Girard espère que les bons résultats de Charlevoix trouveront tout de même une oreille attentive. La démarche n’est pas nouvelle, mais le président s’y prépare. « On va y aller avec les points positifs, on est très fier des résultats de nos élèves et de l’efficience de notre organisation, de nos enseignants, de nos équipes-écoles. On va lui dire qu’on est parti des pires organisations au Québec en matière de décrochage et qu’on est rendus dans les 5 meilleures, alors qu’on est une petite organisation sous financée. On va commencer par ça », résume Pierre Girard. Il réitérera son désir d’obtenir une formation professionnelle spécialisée qui serait distinctive à Charlevoix et qui attirerait des jeunes des quatre coins de la province.

Il admet que les attentes sont élevées envers la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré Emilie Foster. «On a des bonnes attentes compte tenu des engagements électoraux de Mme Foster. On s’attend à de bons résultats car elle s’est engagée fermement envers la structure « commission scolaire », envers la formation et la formation professionnelle », avance le président.

Il espère que la neutralité que la Commission scolaire de Charlevoix a adopté lors de la récente campagne sera prise en compte par le ministre.   « Oui,  ça m’inquiète qu’il ne soit pas pro-commission scolaire, mais s’il vient nous voir avec une approche positive, qu’il écoute bien notre message,  s’il y va au mérite, je pense qu’on peut être confiant. Ça va dépendre de son degré d’ouverture, mais il va avoir tous les éléments qui vont lui être présentés et déposés en pièce pour faire en sorte qu’il puisse bouger en notre faveur.  M. Proulx a bien avancé d’un pas, il est capable d’avancer aussi. Je pense qu’il devrait nous rencontrer dans un bon esprit », avance le président.

La date de la rencontre n’est pas connue. « Je vais laisser à Mme Foster le soin de préciser quand ça aura lieu, si ce sera dans les prochaines semaines, ou les prochains mois. On a confiance en elle car elle a une bonne écoute et elle est près de M. Roberge et de M. Legault », conclut-il.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des