Un « livre d’amour » pour Baie-Sainte-Catherine

Photo de Emelie Bernier
Par Emelie Bernier
Un « livre d’amour » pour Baie-Sainte-Catherine

 

La poétesse Diane Perron-Boulianne et le photographe Claude Dallaire ont récemment uni leur talent afin de créer un livre qui témoigne de leur amour pour leur village, Baie-Sainte-Catherine.

Le petit volume d’une trentaine de pages où sont associés textes de l’une et photos de l’autre est une œillade sur les singularités de la petite bourgade située « coin Saguenay/Saint-Laurent », selon l’expression de Claude Dallaire qui y est né et possède une maison de tourisme à ce nom.

«J’ai grandi à Baie-Sainte-Catherine, j’ai appris la photo à l’École secondaire du Plateau avec Raymond Audet, en parascolaire prof de français. J’ai quitté Baie-Sainte-Catherine, mais j’y reviens encore souvent », explique l’ex-journaliste.

Diane Perron-Boulianne a son village tatoué sur le cœur. Elle ne compte plus les poèmes qu’elle a écrit en s’inspirant du lieu, de son histoire et de ses habitants. «J’écris beaucoup, j’ai fait une douzaine de pièces de théâtre, dirigé 3 troupes à Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine. Depuis quelques années, j’écris surtout de la poésie », dit-elle.

Elle a eu l’idée de ce « livre d’amour du village » et a contacté son ami Claude.

« Diane m’avait demandé des photos pour illustrer un livre. J’aimais moyennement l’idée, mais une publication conjointe, ça me plaisait. Diane m’a envoyé la poésie, j’ai fait une sélection de photos et elle a fait l’association des photos avec les textes. On ne voulait pas que la photo illustre platement le texte. Ils se nourrissent l’un l’autre», avance Claude Dallaire.

Les particularités de Baie-Sainte-Catherine comme le vieux cimetière, la maison des sœurs, la berge, l’église s’y retrouvent et les poèmes fraient dans différentes directions.

« C’est un village qui a une importance historique méconnue! Jadis, c’était un grand village, il y a déjà eu près de 2000 habitants autour, dans le temps du moulin… Le village  a une belle histoire, c’est un endroit important, un site archéologique et le lieu d’un traité fondamental dans l’histoire du Québec et du Canada », insiste M. Dallaire.

« Et il se  passe plein de choses! La Pointe-aux-Alouettes va être mise en valeur, il y a de beaux sentiers, les gens s’arrêtent de plus en plus pour passer quelques jours. On va au-delà de cette image de destination « baleine » et c’est tant mieux », conclut Diane Perron-Boulianne.

25 éditions de luxe, avec couverture rigide ont été produites et 200 avec couverture souple. Ces dernières sont en vente auprès de Diane Perron-Boulianne (418-237-4384). Le lancement du livre a lieu ce samedi 9 février à 13h30 à l’Hôtel de Ville de Baie-Sainte-Catherine.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des