Projet du Havre : la critique ne freine pas Michel Couturier

Photo de Lisianne Tremblay
Par Lisianne Tremblay
Projet du Havre : la critique ne freine pas Michel Couturier
Le projet du Havre suit son cours malgré la pétition et certaines critiques sur les réseaux sociaux.

Le maire de La Malbaie, Michel Couturier, confirme que le projet du Havre poursuit son cours et qu’un partenaire financier sera annoncé sous peu.

« J’ai décidé de réagir sur Facebook samedi de façon stratégique, a commenté Michel Couturier. Je crois que c’est important que tout le monde se parle. Les étapes se poursuivent pour le projet. J’annoncerai un ou deux éléments par rapport au projet cette semaine. Nous adopterons le règlement d’emprunt lors de la prochaine séance du conseil municipal le 11 février tel que prévu. La majorité des gens qui m’en parlent sont pour le projet et ils souhaitent avoir plus d’information. »

Rappelons que le président de la SDC de Pointe-au-Pic, David Cloutier, a lancé une pétition le 1er février à l’intention du maire Couturier afin que la gare du train de Charlevoix demeure au même endroit. Jusqu’à maintenant 374 personnes ont signé cette pétition. Il est indiqué dans le libellé que ce secteur « est vivant et reflète les meilleures années de La Malbaie » et ce ne serait pas une bonne idée de déplacer la gare dans un lieu où il n’a pas de commerces.

« Cela ne m’énerve pas, nous avons le temps de s’en parler, a réagi le maire de La Malbaie. Il y a des gens qui sont pour le déploiement que nous aurons grâce au quai et à la rue Richelieu. Déjà, nous avons voulu offrir aux passants des salles de bains, un kiosque de vente et des services ouverts aux heures d’arrivée et de départ du train et cela a été une expérience complexe notamment en raison de l’horaire qui ne cadrait pas toujours avec les heures d’opération des commerces. La séance d’information du 26 février où le projet sera présenté permettra de répondre aux questions des gens. »

Des opposants ont aussi fait circuler une affiche sur les réseaux sociaux invitant les citoyens à signer le registre contre le projet du Havre. Cette étape est seulement prévue vers le 20 mars. « Les opposants s’entendent sur le fait qu’il y a lacune quant à la transparence et se questionnent au sujet du manque flagrant de ressources financières de la Ville pour son entretien et son embellissement, a soutenu Claude-Bernard Harvey. Ils se questionnent aussi sur l’argent dont la municipalité est disposée à engager dans un projet qui ne découle pas d’études sérieuses quant à son potentiel de vecteur de prospérité.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des