Et toi, ta passion, c'est quoi?

Photo de Emelie Bernier
Par Emelie Bernier
Et toi, ta passion, c'est quoi?

 
La passion peut-elle être un facteur de persévérance scolaire? C’est le pari derrière la première journée Ose ta passion, à laquelle ont participé 80 jeunes de l’École secondaire du Plateau. Et toi, ta passion, c’est quoi?
Les jeunes étudiants ont découvert une dizaine de Charlevoisiens qui carburent à la passion. Le peintre Guy Paquet, la professeure de danse Alexandra Savard, la marionnettiste Sandrine Thibout, les photographes Pierre Rochette et Bertrand Lemeunier, le professeur de tennis Louis Baeyens, le « kiter » Simon Gauthier, l’artiste de cirque équestre et écuyère Frédérique Foiret, l’organisateur d’événements Charles Miller et la tricoteuse Mishka Meunier ont partagé avec les jeunes ce qui les anime plus que tout.
Guy Paquet a livré un message particulièrement touchant aux jeunes. Le passionné de peinture, de voile et de pêche a raconté aux jeunes le parcours de vie cahoteux de ses propres fils. « Ils sont tombés dans la drogue et n’en sont jamais sortis. Et pourtant, ils avaient plein de talent. Je ne suis pas meilleur qu’eux, mais mes passions m’ont donné envie de me lever le matin, en forme, pour aller à la pêche, partir en bateau, peindre», a lancé l’artiste, invitant les jeunes à rester alertes pour avoir l’énergie de nourrir leur passion. « La passion, c’est s’aimer à travers quelque chose qu’on aime! », a-t-il lancé à ses jeunes auditeurs.
Ravie de participer à l’activité, Sandrine Thibout, qui a choisi de se consacrer à la marionnette depuis 2 ans,  avait envie de dire aux jeunes «qu’il n’y a pas que les jobs de bureau dans la vie».
«J’ai un parcours atypique, j’ai eu de la difficulté à l’école. Je pense qu’il y a plusieurs formes d’intelligence et que ça ne se mesure pas juste aux résultats scolaires. Quand tu trouves ta passion, que tu es soutenue et que tu y crois, tout est possible si tu y vas à fond », a pour sa part tenu à dire Alexandra Savard aux jeunes participants de ses ateliers.
L’initiative a été mise sur pied dans le cadre de la Semaine de prévention des dépendances par l’intervenante en toxicomanie Vicky Tremblay, la conseillère d’orientation Isabelle Tremblay et l’animatrice à la vie socio communautaire Nicole Drouin. « Ce qu’on voulait, c’était allumer de petites étincelles, créer un engouement chez nos jeunes.  Ce qu’on dit, c’est quand on a des passions, quand on s’intéresse à quelque chose, on est moins porté vers la consommation », indique Vicky Tremblay.
Isabelle Tremblay estime pour sa part qu’une passion peut être un frein au décrochage. « C’est un projet qui m’a interpelé car il y a de l’orientation là dedans : s’accrocher à un projet, trouver le chemin pour l’atteindre… Une passion peut devenir un métier, mais ça peut être aussi ce qui te fait carburer pour continuer d’avancer», indique la conseillère d’orientation.
Si un petit contingent a pu participer à la première édition, on souhaite rendre accessible à davantage de jeunes les prochaines, mais toujours dans une formule de petits groupes, plus propices à la connivence.

Partager cet article