Implantation du Club Med : comment mieux travailler ensemble ?

Photo de Lisianne Tremblay
Par Lisianne Tremblay
Implantation du Club Med : comment mieux travailler ensemble ?
Le professeur et chercheur Olivier Dehoorne de la Martinique a dispensé une conférence sur l’implantation de plusieurs projets d'envergure en milieu rural

Le professeur et chercheur français Olivier Dehoorne a dispensé une conférence le 16 octobre à Maison Mère pour donner divers exemples d’implantation de projets récréotouristiques réussis. Il a démontré l’importance d’impliquer tous les acteurs concernés et de travailler ensemble.
M. Dehoorne a participé à l’implantation de plusieurs projets tels que villages de vacances, stations de ski, parcs à thème, grandes infrastructures culturelles en exposant les impacts de l’arrivée de telles organisations sur un territoire. « La région a tellement à offrir que c’est certain que les touristes sortiront de leur hôtel pour visiter les attraits. Il faudra leur faire connaître les offres proposées. Il est nécessaire de créer des espaces de concertation afin que les différents acteurs peuvent se parler et font circuler leurs idées. Il faut aussi inviter un représentant de l’entreprise à nos discussions. Souvent, plusieurs petits détails peuvent se régler en un seul échange direct. C’est important d’échanger tout en évitant les oppositions frontales. Les intervenants pourront se mettre au travail plus vite tout en travaillant ensemble. »
Le professeur rappelle aussi l’importance de la qualité de vie. « L’entreprise qui s’implante doit faire des diagnostics sans arrêt parce que la qualité de vie et le bien-être de la population locale sont liés à l’attractivité du territoire. Par exemple, s’il y a une nuisance pour la population locale, les touristes vont la ressentir.»

Les participants ont été divisé en trois groupes pour participer à l’atelier.

Après la conférence, la quarantaine de participants ont pris part à un atelier afin d’évaluer les impacts positifs et négatifs de l’arrivée d’une grande organisation sur un territoire rural. « Notre but est de travailler de façon cohérente et intelligente afin de voir comment les intervenants locaux ont envie de s’investir, a précisé la professeure de la Chaire de ressource en tourisme de l’Université Laval, Pascale Marcotte. Nous voulons que les gens réfléchissent et amènent ce qu’ils ont appris lors de la conférence dans notre propre contexte dans la région. »
Le troisième atelier-conférence aura lieu le 23 octobre à Maison Mère. Pour Gabrielle Leblanc, directrice par intérim de Maison Mère, les ateliers permettent à l’organisation de remplir son rôle de créer des rencontres dans un lieu innovant et accueillant.
 
 
 
 
 

Partager cet article