Une raclée pour le PQ

Photo de Emelie Bernier
Par Emelie Bernier
Une raclée pour le PQ

Avec moins de 20% des votes au moment d’écrire ces lignes, la défaite est sans équivoque pour la candidate péquiste Nathalie Leclerc qui a sincèrement cru en ses chances de l’emporter.
Encore plus que sa propre défaite, la débandade du Parti Québécois à l’échelle de la province attriste la candidate déchue. « Ce que je trouve le plus difficile, c’est que François Legault soit majoritaire. 4 ans, ça va être long… C’est décourageant, j’ai presque honte d’être québécoise », commentait Mme Leclerc, quelques instants après que la victoire d’Émilie Foster dans Charlevoix ait été confirmée.
Le Parti Québécois perd de grosses pointures, ce qui forcera une remise en question profonde, selon elle. «Je suis très déçue de la défaite de Jean-Martin Aussant. Pierre Plamondon, Jean-François Lisée, ce sont de grosses pertes pour le Québec… C’est une vague, un peu comme celle du NPD. Les gens ont cru au changement, mais on verra dans 4 ans. François Legault n’a pas de vision. Il a dit « ce qui compte c’est d’être élu, après on verra », c’est pas drôle! On parle d’une province! », s’indigne-t-elle.
La candidate admet que la défaite de Caroline Simard est une mince consolation. « J’ai fait beaucoup de terrain et je n’ai pas entendu beaucoup de positif. J’ai eu un débat avec elle, elle m’a écrasée, ce n’était pas de bonne guerre. Je suis contente qu’elle ne soit pas réélue », n’a-t-elle pas hésité à commenter.
L’expérience de la campagne électorale restera marquante pour la candidate néophyte en politique. «Je suis très heureuse d’avoir fait ce que j’ai fait comme campagne! Je partais de rien, je n’avais pas d’expérience et je suis vraiment fière de moi. Je vais me coucher heureuse. J’ai eu une équipe incroyable derrière moi, des piliers qui étaient là sous Mme Marois et qui m’ont formée, qui m’ont aidée », remercie-t-elle, citant les Gilles Bouchard, Brigitte Fortin, Michel Truchon, Eudore Fortin, Joseph Gagné, Jean Guy Morin, Josette Lacoursière…
Si la déception est grande, Nathalie Leclerc croit que l’heure est venue pour son parti de redéfinir sa mission. «Demain, on se repose, on se calme, on analyse et on continue. Moi, je vais continuer, je ne vais pas changer. On va fouiller pour voir ce que va devenir le Parti Québécois. Il va y avoir un nouveau chef, une restructuration, je suis ouverte à participer à ça. J’aurais été une maudite bonne députée. Je ne parle pas la langue de bois! », estime-t-elle.
Elle souhaite la meilleure des chances à la nouvelle députée Emilie Foster. « Emilie Foster, je le félicite, honnêtement. Je lui souhaite bonne chance avec l’hôpital de La Malbaie. Elle n’est pas sortie du bois avec ce dossier… », conclut la candidate péquiste.

Partager cet article