Caroline Simard sollicitera un nouveau mandat

Par Jean-Sébastien Tremblay 2:11 PM - 03 février 2018
Temps de lecture :

La députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré a confirmé le 29 janvier dernier qu’elle sollicitera un deuxième mandat aux prochaines élections provinciales qui se tiendront le 1er octobre prochain. Fière du travail accompli au cours de son premier mandat, elle compte demeurer près de la population et ne craint pas les autres partis politiques.
Par Jean-Sébastien Tremblay
« Je suis toujours déterminée », énonce-t-elle d’entrée de jeu. Après s’être accordé une période de réflexion au cours de la période des Fêtes, « afin de prendre la bonne décision pour moi », dit-elle, la politicienne se lance à nouveau dans la mêlée en prévision des prochaines élections provinciales.
Avant toute chose, Mme. Simard désire poursuivre son travail sur le terrain. « J’ai toujours été facilement accessible pour les citoyens. C’est la façon dont les gens me connaissent et je souhaite être au service des gens de Charlevoix », déclare celle qui avoue travailler six jours par semaine depuis son élection en 2014.
Bien que la campagne électorale ne soit pas encore officiellement lancée, la députée sortante connaît déjà le contenu de son éventuelle plateforme. « Mon objectif sera de dynamiser l’offre économique et touristique. J’offrirai une présence plus accentuée auprès entreprises afin de les aider à offrir des emplois à l’année aux travailleurs saisonniers », affirme-t-elle. Aussi, elle désire faire progresser le dossier du transport collectif tant dans l’est que dans l’ouest du comté. Elle proposera également différentes mesures pour améliorer la qualité des familles. Bien sûr, elle promet également de continuer à travailler sur l’enjeu de l’Hôpital de La Malbaie.
Caroline Simard ne croit pas avoir de la difficulté à défendre son bilan à titre de députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré. « Nous avons construit un nouvel hôpital et un nouveau CHSLD dans l’ouest. Nous avons amené le Clud Med dans Charlevoix, participé au sauvetage de la scierie de Saint-Hilarion et annoncé l’électrification du Parc des hautes-Gorges », souligne-t-elle. Elle énonce vouloir voir se concrétiser ses différentes annonces dans la région au cours d’un éventuel deuxième mandat.
La candidate du Parti Libéral ne semble pas être inquiète de la montée de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans les sondages nationaux. « Je me suis présentée contre la première Ministre du Québec en 2014. Je comprends certainement qu’il est normal que j’aie de l’opposition », affirme-t-elle. Par contre, elle est confiante que son travail sur le terrain au cours de son premier mandat et que cela fera la différence en octobre 2018.

Partager cet article