Jacques Desmeules : une autre prouesse presque surhumaine

Par Gilles Fiset 5:03 PM - 28 Décembre 2017
Temps de lecture :

Jacques desmeules entourées des représentants de ses deux principaux commanditaires : Natasha Savard de la Caisse Desjardins du Fleuve et des montagnes et Claude Ménard du IGA Baie-Saint-Paul.

 
Le 21 décembre en matinée, un comité de réception attendait Jacques Desmeules. Le cycliste extrême bien connu de Baie-Saint-Paul a complété sa dernière sortie pour réaliser sa dernière prouesse : son Ultime Défi de 365 sorties en 365 jours.
Par Gilles Fiset
En un an, soit depuis le 3 janvier dernier, Jacques Desmeules s’est imposé de faire une sortie de vélo par jour, été comme hiver, par n’importe quel temps, ou presque. Durant une de ses sorties, le mercure a chuté jusqu’à -26 o C, l’équivalent de -50 o C avec le facteur éolien. Il s’est quand même permis de laisser sa monture dans le garage quelques journées. « Avec tous les impondérables de la vie, s’il m’était impossible une journée de rouler, et bien je devais faire deux sorties le lendemain », confie l’ultrasportif.
Comme à son habitude, Jacques s’est servi de son exploit pour amasser des fonds pour sa fondation qui vient en aide aux personnes handicapées de Charlevoix, la fondation Jacques Desmeules. Plus de 30 000 $ ont été réunis pour la cause en un an et il reste encore certains montants à comptabiliser. L’ultracycliste a bon espoir d’atteindre son objectif : 36 500 $.
Quelques chiffres
Jacques Desmeules a roulé 10 700 km en un an avec une moyenne de 29,3 km par jour. Il a pédalé pendant 569 heures, soit 1 h 30 min par sortie et sa plus grande virée de l’année a été sans conteste sa participation à l’Ultradéfi en juillet dernier avec plus de 1 000 km de route.
Encore un nouveau défi
Jacques Desmeules n’a pas seulement un physique d’acier, mais il a aussi une tête pleine d’idées et dès l’été prochain, il prévoit publiciser un nouveau type de défi à relever pour amasser des fonds : l’Ultime Défi 24 h Jacques Desmeules. « Le défi va consister à enfourcher son vélo et à rouler le plus loin possible en 24 h. Bien entendu, les participants se feraient commanditer leurs exploits selon un montant préétabli du kilomètre. On pourrait le faire n’importe quand et surtout se rendre presque n’importe où », annonce-t-il. « Une est certaine pour moi, en juin prochain je prends mon vélo et je roule le plus loin possible pendant 24 h », confie M. Desmeules.
 

Partager cet article