Parc des Hautes-Gorges : ouverture à l’année dès 2018

Photo de Gilles Fiset
Par Gilles Fiset
Parc des Hautes-Gorges : ouverture à l’année dès 2018
Daniel Groleau, directeur de la Sépaq dans Charlevoix, Caroline Simard, Députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Claire Gagnon, mairesse de Saint-Aimé-des-Lacs et Catherine Grenier, vice-présidente –Exploitation, Parcs nationaux et camping de la Sépaq.

Le parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie sera ouvert toute l’année à partir de l’hiver 2018-2019 et offrira un vaste choix d’activités de plein air d’hiver en partenariat avec les entrepreneurs de la région.Par Gilles Fiset
Pour concrétiser le projet, des investissements de 9,2 millions de dollars seront nécessaires, dont près de 3,5 millions pour la seule alimentation électrique du parc à partir du réseau existant. « On a fait plusieurs analyses d’efficacité énergétique en regardant toutes les solutions possibles et l’électrification était vraiment l’option la plus abordable et la plus acceptable pour l’environnement », explique Catherine Grenier, vice-présidente –Exploitation, Parcs nationaux et camping de la Sépaq. La nouvelle ligne suivra le tracé de la route actuelle et alimentera les divers bâtiments de service.
En plus du montant alloué à l’électrification, 2 750 000 $ seront versés à la construction d’une dizaine de chalets quatre saisons, 1 690 000 $ aux équipements et aux opérations des activités hivernales et, finalement, 1 315 000 $ à l’aménagement de sentiers et de relais refuges.
Les responsables de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) prévoient une augmentation de 5 000 jours/visites pour la première année d’exploitation seulement.
La Vallée des glaces
C’est sous la thématique de la « Vallée des glaces » que le parc ouvrira désormais durant la saison froide. En plus de la classique randonnée, de la raquette ou du ski-raquette (ski hok), le parc offrira du camping d’hiver sur le lac Noir, du « fatbike », un service de croisières sur neige en navette chenillée et de l’initiation à l’escalade de glace, notamment. Une patinoire sera aménagée sur la rivière Malbaie, si la température le permet.
Différentes formes d’hébergement seront aussi proposées aux amateurs de plein air en plus des chalets, soit du camping d’hiver rustique et des nuitées dans un abri de neige de type « quinzy » en forfait coucher hivernal.
Mais la Sépaq voit encore plus grand et vise d’offrir encore plus à un public prêt à vivre de nouvelles expériences hivernales et pour cela, elle compte sur la participation des entrepreneurs charlevoisiens. « On pense que la diversification passe par le partenariat et on est vraiment ouvert aux entrepreneurs de la région pour bonifier l’offre et que ce soit vraiment unique à la région de Charlevoix », affirme Mme Grenier.
Emplois
Les responsables du projet prévoient que le nouveau projet d’ouverture à l’année du parc national favorisera la création de 92 emplois directs et indirects, mais « plus concrètement, du côté du parc on vient vraiment consolider des saisons, donc presque une dizaine d’emplois que l’on va consolider sur 12 mois », confie Catherine Grenier. Le parc national génère actuellement une cinquantaine d’emplois.
La mairesse de Saint-Aimé-des-Lacs est aux anges
La mairesse de Saint-Aimé-des-Lacs, véritable porte d’entrée du Parc national, est plus qu’heureuse de l’annonce de l’ouverture à longueur d’année du parc des Hautes-Gorges-de-la-rivière-Malbaie faite le 20 novembre dernier (voir autre texte). « Quand on annonce un investissement de 9,2 millions de dollars, on ne peut qu’en être contente pour la population de Saint-Aimé-des-Lacs et pour tout Charlevoix. Le tourisme est très important pour la municipalité que je représente. Mes dépanneurs du coin vont en tirer profit, les stations d’essence aussi, sans compter les propriétaires de gîtes et d’auberges », affirme Mme Gagnon en ajoutant que sa municipalité est ouverte aux projets d’investisseurs intéressés à s’établir dans la petite municipalité.
 

Partager cet article